Ouyahia veut mettre fin aux faucilles, Il propose un projet Démocratique et Social

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Devant la virulence du discours de Bouteflika alias El Okbi et en l’absence de son souffre douleur Ould Abbès, Ouyahia,
l’Arabe comme son nom ne l’indique pas, a clôturé la rencontre Houkouma/Walis en stigmatisant tous ceux qui appellent à la fitna.

Il dit ne pas comprendre qu’on traite les marcheurs pacifistes d’agents du désordre. « Les retraités, les médecins résidents, les anciens de l’ANP, les chômeurs et tous ceux qui ont des choses à dire sont des enfants de l’Algérie. Nous ne pouvons pas les ignorer alors qu’aux Nations Unis nous jurions qu’il n’y avait pas de terroristes en Algérie mais un seul héros : le Peuple ! ».

« Les réseaux sociaux représentent l’unique voix de ce peuple en l’absence d’une communication officielle éternellement en langue et gueule de bois ». Ouyahia s’est même emporté quant il a été question des réalisations, d’avancées et de développement que le citoyen n’a jamais vus. Ce dernier n’ignore rien. Preuve en est la marche de Bab El Oued que nous avons mis sur le dos du MCA et celle d’hier à Meissonnier qui pourtant ne possède pas de club de football mais d’énormément de harragas !

Ces mêmes citoyens ont interrogé le Ministre des mosquées au sujet de l’égalité du droit à l’héritage des femmes presqu’acquis par les Tunisiennes. Pour une fois, le premier ministre s’est montré en désaccord avec les citoyennes en leur prodiguant que l’Etat devrait préparer une loi codifiant l’égalité totale et non pas parcellaire se limitant à l’héritage qui sera de toute façon violé par les us et coutumes des arabo-musulmans et de la chariâa patriarcale. Les femmes ont droit à tous les droits salariaux, sexuaux, vestimentaux et mêmes qu’elles deviennent colonaux et généraux (emporté qu’il était par la rime poétique car s’adressant aux femmes), pas seulement à une parcelle de terre ! A martelé le néo féministe Ouyahia.

Tonitruant jusqu’au bout, il conclut par : « Quant à toutes les forces du désordre auxquelles ordre a été donné de tabasser les médecins, les retraités et les voyous, nous formerons ces derniers pour qu’ils aillent se venger et maltraiter à leur tour ces agents.
Y compris le fils de l’ex patron de la DGSN. S’il venait à ne pas payer sa place au parking…

M. Kassi

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :