Palais de la culture « Moufdi Zakaria » : Baptême de feu pour l’OJA, ce soir

A l’initiative du ministère de la culture et l’Office national des droits d’auteurs et droits voisins (ONDA), l’Orchestre des jeunes d’Algérie (OJA), sous la férule du maestro Salim Dada, animera son premier concert, ce dimanche 30 décembre, à partir de 19h, au Palais de la culture « Moufdi Zakaria » à Alger.

Les jeunes musiciens de l’OJA, accompagnés du basson Redouane Amir et du ténor Saïd Azzoug,interpréteront quelques pièces classiques puisées dans le vaste et riche répertoire des compositeurs Edvard Grieg (Peer Gynt Suite n.1 Op.46), Antonio Vivaldi (Concerto pour basson et orchestre en Mi mineur RV 484), Heitor Villa-Lobos (Aria-Cantinela (de la Bachiana Brasileiras n. 5)), Gianni Batista Pergolesi (Nina. Canzonetta) et Salim Dada (Augustine, Son of Her Tears (Musique du film, extraits) et Lounga Nahawound).

Pour rappel, l’orchestre symphonique des jeunes d’Algérie a été créé « au profit des jeunes musiciens et au service du public assoiffé de la grande musique et de beaux projets artistiques ».

Venant des conservatoires, instituts musicaux et autres associations musicales des quatre coins du pays, de jeunes musiciens âgés entre 15 et 30 ans, réunis en sessions de 60 voire 100 élèves, bénéficieront de stages musicaux d’une semaine, une à trois fois par an, notamment pendant la période des vacances scolaires.La seule condition à ces sessions de formation est qu’ils sachent lire les partitions musicales et jouer d’un instrument de musique. Au cours de ces stages, les jeunes prodiges « vivront leur passion de la musique en alternant vie en communauté et séances de travail d’orchestre, encadrés par des professeurs spécialisés et dirigés par un chef d’orchestre confirmé, le tout, autour d’un programme musical thématisé et de grande exigence artistique.La fin de stage sera ponctuée de plusieurs concerts réalisés dans des conditions professionnelles ».

Cette formation a vu le jour dans le but de « permettre à des jeunes musiciens algériens ayant suivi ou suivant encore une formation musicale d’avoir accès à la culture en les poussant dans leur pratique musicale à atteindre le niveau le plus élevé possible en compagnie d’autres jeunes musiciens de talent au sein d’un ensemble instrumental de très haut niveau et sous la direction de chef d’orchestre professionnel.Cet orchestre pourra, dans la mesure de sa production, pallier le manque terrible constaté, dans les différents établissements de formation artistique dans notre pays, en matière de pratique collective et de musique d’ensemble. Cela consiste aussi à une préparation des jeunes musiciens à la spécialisation, voire, à la professionnalisation.

Dernière motivation de ce projet, est la diffusion et la mise en valeur du patrimoine musical symphonique universel, arabe et algérien par l’entremise des jeunes et promouvoir la découverte ou la création de nouvelles œuvres ».

L’initiateur de ce projet n’est autre que Salim Dada, compositeur, musicien polyvalent et musicologue. Après des débuts en tant qu’autodidacte, il entre à l’Institut national supérieur de musique d’Alger où il étudie l’écriture musicale (harmonie, contrepoint, analyse) avec la théoricienne Gulnara Benyagoub. Il suivra également une formation auprès du compositeur Jean-Luc Kuczynski à l’école d’écriture et de composition musicale à distance « Polyphonies » en France entre 2002 et 2005. Il apprendra aussi la Direction d’orchestre avec le maestro Guido Maria Guida au Conservatorio Statale di Torino (2008-2010) et la Musicologie à l’Université Paris-Sorbonne où il décroche une maîtrise et un grade de Master Recherche en Musique et Musicologie (2010-2012). Actuellement, il prépare une thèse de doctorat en ethnomusicologie sur « Al-Adhân : l’appel à la prière en Islam », dirigé par François Picard à l’Université Paris-Sorbonne et l’Institut de Recherche en Musicologie (CNRS, BnF).

Kahina A.

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

%d blogueurs aiment cette page :