Présidentielle d’avril 2019 : l’idée du report rejetée

 

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Il n’y aura pas de report de l’élection présidentielle. L’idée lancée par le président du MSP, Abderrazak Makri reçoit les premières réponses défavorables des proches du pouvoir. Elle est d’emblée rejetée. Après avoir entretenu le doute pendant quelques jours, les partis de la coalition gouvernementale expriment leur rejet de la proposition du parti islamiste.

Le premier à s’exprimer sur la question est le RND du premier ministre, Ahmed Ouyahia. « Nous n’avons pas adhéré à l’initiative présentée par cette formation politique, et son initiative ne sera pas à l’ordre du jour de nos rencontres au sein de l’alliance », explique le chargé de communication du RND, Seddik Chihab.

Selon lui, il n’y a aucune raison qui justifierait le report de ce scrutin. « Au RND, nous ne voyons pas d’éléments qui imposeraient le report. Un tel report sous-entend qu’il existe une situation exceptionnelle, ce qui n’est pas le cas », soutient l’homme le plus proche d’Ahmed Ouyahia.

Il insiste, ce faisant, sur le respect du calendrier électoral. « Nous sommes tenus par des échéances et ce qui fait le sérieux de l’Algérie est qu’elle a toujours respecté ses échéances et c’est en respectant ces échéances qu’on arrive à construire des institutions pérennes », soutient-il.

El Moudjahid s’emmêle

En déplacement aujourd’hui à Sétif, le président de l’Association des anciens élus du FLN et ministre des relations avec le parlement, Mahdjoub Beda, va encore plus loin. Il relance même l’idée du 5ème mandat.

« Notre association appelle à la continuité avec la présentation de la candidature du président Bouteflika pour un 5ème mandat en vue de parachever la réalisation de son programme. Nous nous inscrivons pas dans les démarches de Amar Ghoul et de Makri », déclare-t-il.

Implicitement, le coordinateur de l’instance dirigeante du FLN, Mouad Bouchareb, a répondu aussi à la proposition du MSP. « Les institutions de l’Etat ne seront pas ébranlées sous la présidence du chef de l’Etat. Nous sommes pour la continuité qui nécessite l’édification d’un front interne solide », dit-il.

Dans son intervention au nom de l’Alliance présidentielle à l’ouverture du 1er congrès du parti TAJ, Mouad Bouchareb salue, à cet effet, l’initiative d’Amar Ghoul qui vise, selon lui, à bâtir ce front interne fort sous l’égide du chef de l’Etat.

Ce qui signifie qu’Amar Ghoul n’est pas acquis au report du prochain scrutin, mais il veut un soutien large au 5ème mandat du président Bouteflika. C’est ce que pense aussi Seddik Chihab. « Apriori, la proposition d’Amar Ghoul va dans le sens de ce que le président de la République a toujours voulu faire comprendre aux Algériens : la nécessité de construire un front interne, le plus large possible, unifié autour d’objectifs qu’il a toujours prônés, à savoir la construction d’une société solidaire et cohérente et une démocratie apaisée », précise-t-il.

Avant les partis de l’alliance gouvernementale, le journal public, El Moudjahid a pondu, jeudi dernier, un édito insistant sur la tenue dans les délais de la présidentielle prochaine.

Massinissa Ikhlef

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :