Prétendue rencontre Saïd Sadi-Ouyahia : « une manœuvre pour justifier la trahison »

Le député de Bejaia, Braham Bennadji, a tenté de faire le buzz, ce week-end, en annonçant un canular : une rencontre entre l’ancien président du RCD, Saïd Sadi et le premier ministre, Ahmed Ouyahia.

Repris par certains sites connus pour leur légèreté et leur quête permanente du sensationnel, le Fake News n’a eu finalement aucun effet. Mais un démenti s’imposait. Il est fait. Saïd Sadi a réagi dans une brève déclaration à El Watan, où il a tout simplement infirmé cette rumeur.

« Non je ne l’ai pas rencontré (Ahmed Ouyahia ndlr). Cet individu représente exactement l’inverse des valeurs en quoi je crois et les objectifs pour lesquels je milite », explique-t-il, qualifiant l’information reprises par certains médias de « Fake News ».

Se trouvant actuellement à l’étranger, Saïd Sadi ne s’est pas étalé sur le sujet. Mais des proches à lui nous ont expliqué l’arrière-pensée à l’origine de cette fausse information. « Il s’agit d’une manœuvre pour justifier la trahison », expliquent nos sources.

Le premier objectif de cette manœuvre, précise-t-on, « a un lien direct avec les prochaines sénatoriales, prévue le 29 décembre prochain ». « Les auteurs de ce fake news veulent induire en erreur les grands électeurs, notamment en Kabylie, avant les prochaines sénatoriales pour banaliser la candidature de monsieur Ait Menguellat qui a renié le RCD pour se faire adouber par le même Ouyahia. Un virage qui a de quoi donner le tournis. Mais les girouettes sont, par définition, conçues pour supporter les revirements les plus brutaux », soulignent ces proches de Saïd Sadi, cités par le même journal.

Rappelant « le comportement de Noureddine Ait Hamouda, qualifié de parrain de Braham Bennadji, lors de la précédente sénatoriale en faisant campagne contre le candidat du RCD, Hamid Ait Saïd à l’époque», les mêmes sources livrent le deuxième message véhiculé par cette démarche.

Pour elles, Braham Bennadji a aussi un but stratégique, en l’occurrence « celui de faire croire que tout est permis, qu’il n’y a ni limites ni retenue à la morale politique ». « Le député Noureddine Ait Hamouda, ajoutent-on, serait même « missionné par Ahmed Ouyahia de lister les noms de ceux qui ont renié leurs parcours et positions pour organiser des rencontres avec lui. Saïd Khellil aurait, lui aussi, chargé Rachid Hanifi, proche d’Ouyahia, de lui dire qu’il se tenait à sa disposition pour le rencontrer », affirment-on.

Selon la même source, « le motif invoqué pour justifier l’offre de service: chacun doit aider ‘’le fils de sa région’’ comme si ladite région n’avait pas d’abord et avant tout souffert des kabyles de services à commencer par le premier d’entre eux ».

« Comme il est difficile d’assumer ce genre de ralliements, il faut bénir la trahison par une rumeur laissant entendre que Saïd Sadi a aussi participé à la curée », tranchent encore les mêmes sources.

  Massinissa Ikhlef 

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

%d blogueurs aiment cette page :