Un espoir vient de Tunisie pour les femmes

Le président de la République tunisienne a décidé  d’atteler définitivement son pays à la modernité. Pour cela, il propose à son parlement d’adopter et de voter une loi pour l’égalité homme-femme en matière d’héritage, c’est-à-dire, la femme va devenir l’égal de l’homme conformément à la déclaration universelle des droits de l’Homme.

En effet, cette déclaration affirme dans son premier article :Tous les hommes naissent égaux en droit. Pourquoi, alors, ne sont- ils pas égaux devant le droit à l’héritage ? Dorénavant, en Tunisie les hommes  et les femmes seront égaux en matière de droit à l’héritage. Par ce texte révolutionnaire dans un pays considéré comme musulman, la Tunisie inaugurera son entrée dans une ère nouvelle qui renforcera son attelage définitif à la modernité politique. Les bonnes graines semées par l’école républicaine en Tunisie ont germé cet automne. Selon de nombreux observateurs les femmes tunisiennes et tous les modernistes ont gagné une bataille mais attention , la guerre n’est pas terminée. Tous militants et les militantes doivent restés vigilants face aux forces conservatrices et islamistes qui surgiront au moindre faux pas.

En écho à ce vent de liberté qui souffle à partir de Tunis à l’est d’Alger,  des femmes progressistes du RCD organisent un congrès dédié à la lutte politique pour arracher, elles aussi, leur égalité devant l’héritage en  exigeant l’abrogation du code de la famille qui les minore à vie.

Hier, durant la guerre de libération, elles se sont imposées pour avoir leur « droit à mourir » pour leur  patrie comme leurs frères les hommes, disait un Moudjahid. Devant l’ennemi, elles avaient le même droit à la répression, à l’emprisonnement et à la torture. Aujourd’hui les lois du pays depuis son indépendance les considèrent uniquement comme des épouses, des mères ou des sœurs, pas comme des citoyennes à part entière. Les femmes algériennes étaient à l’avant-garde des luttes pour toutes les libertés, aujourd’hui les femmes tunisiennes sont les premières à bénéficier de l’accès à ces libertés et droits à l’égalité selon une femme militante qui veut garder l’anonymat. Ces droits et libertés qui étaient l’apanage des femmes occidentales viennent de débarquer en Tunisie voisine. Les femmes algériennes espèrent , elles aussi, accéder  par leur lutte quotidienne à leurs droits, à tous les droits comme toutes les femmes du monde moderne. En tous cas, les échos qui nous sont parvenus de Zeralda  sont porteurs de beaucoup d’espoirs d’après un militant du RCD ;

A. HAMADI

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

%d blogueurs aiment cette page :