5ème mandat de Bouteflika : Amara Benyounès fait un semblant de résistance

Le mouvement populaire algérien (MPA) entretient un faux suspense concernant son soutien à l’éventuelle candidature du chef de l’Etat au 5ème mandat. Alors que ses partenaires dans l’alliance présidentielle ont, juste après la convocation du corps électoral, appelé le chef de l’Etat à « poursuivre sa mission », la formation d’Amara Benyounès fait un semblant de résistance.

« Conformément à la constitution et à la loi électorale, le Président de la République vient de convoquer le corps  électoral   pour  l’élection présidentielle   prévue le jeudi 18 avril 2019. Procédure tout à fait ordinaire de la part d’un Président qui a toujours respecté la constitution et les lois de la République », indique le bureau national du parti dans un communiqué rendu public, hier.

Le MPA réitère, selon le même document, « sa décision de principe, à savoir que c’est son conseil national qui déterminera au moment opportun et de manière définitive la position du parti vis-à-vis de cette élection ».

« D’autre part, le MPA rappelle également que personne ne peut empêcher un candidat de se présenter, en dehors du conseil constitutionnel, seul habilité à se prononcer sur la validité des candidatures. De même que personne ne doit également obliger un citoyen à se porter candidat », lit-on dans le même communiqué.

Le MPA qui ne s’oppose pas à une candidature du président Bouteflika, très diminué par la maladie, affirme aussi « qu’il souhaite que la prochaine élection se déroule dans un climat démocratique et apaisé afin de permettre au peuple algérien, d’exprimer son choix en toute liberté et souveraineté ».

Massinissa Ikhlef 

%d blogueurs aiment cette page :