La famille révolutionnaire décimée : La mort est une, donc pourquoi la peur ?

El Moute wahda oul khouf Âlach?

Ben Bella est mort, Boumediene est mort, Chadli est mort, Chérif Messâadia est mort, Medelci est mort, le Conseil constitutionnel est vivant : Kasdi Merbah, Benhamouda, Mohamed Boudiaf et Abane Ramdane ont été assassinés par leurs frères algériens. Si El Houès et Amirouche ont été gardés dans les caves de la Gendarmerie nationale jusqu’à ce que Bencherif ne meure.

La mort est une vertu des Algériens et des musulmans. Le sang est l’égorgement sont presque un devoir prescrit par l’Islam. On égorge le père, le frère, pour prendre leur place avant le mouton de l’Aïd pour se justifier. Le sang est dans nos veines. Qui a rêvé que Dieu oblige le père d’égorger son fils à l’aube ? A mon avis, un imbécile et criminel penseur en ses heures perdues. Je ne pense absolument pas que Dieu lance de tels appels au meurtre.

Je connais trois personnes au monde qui croient en leur immortalité : mon père, Abdelaziz Bouteflika et Hailander de la série américaine.

Rappelons que 300 kilos + 7001 de cocaïne c’est du lourd. Un problème à régler avant de vendre du gaz de schiste aux Américains et de procéder aux élections présidentielles…

M. Kassi

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

%d blogueurs aiment cette page :