La population des régions arabophones Bordj Okhris et Meftah demande des enseignants de Tamazight

Les parents d’élèves de deux daïras arabophones qui ont célébré Yennayer, le nouvel an amazigh, cette semaine, demandent l’affectation d’enseignants de tamazight dans les établissements scolaires de leurs villes.

Il s’agit de la daïra de bordj Okhris dans la wilaya de Bouira et de celle de Meftah dans la wilaya de Blida. Les parents d’élèves qui étaient venus nombreux assister aux festivités de Yennayer ont exprimé le souhait de voir les écoles où est scolarisée leur progéniture bénéficier d’un enseignement de tamazight.

Ils se sont adressés directement au conférencier, ancien membre du HCA (Haut Commissariat à l’Amazighité) afin de faire des démarches auprès des autorités compétentes auxquelles il est expressément demandé d’affecter des enseignants en tamazight dont ils veulent faire bénéficier leurs enfants. « Demandez au HCA de nous aider à avoir des enseignants de tamazight » ont avancé les parents d’élèves.

Les festivités de célébration du nouvel An amazigh organisés par les lycéens et l’association « les Amis du livre » pour bordj Okhris et l’association « WAFA » pour Meftah ont eu un franc succès et une popularité certaine. Mais les citoyens des deux daïras ont senti qu’il manquait quelque chose.

Pour eux, « célébrer Yennayer, c’est bien, enseigner tamazight, c’est mieux. »

Slimane Chabane

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

%d blogueurs aiment cette page :