Le secrétariat national du RCD : « Le système doit rompre avec le syndrome de Stockholm et l’Armée n’a pas prouvé sa neutralité » »

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Le secrétariat national du RCD, réuni ce 04 janvier en session ordinaire, a invité les tenants du système à rompre avec le syndrome de Stockholm , en  laissant le soin au pouvoir exécutif de se charger des sollicitations de l’heure . Il a en outre, passé à la moulinette les positions ambivalentes de l’état-major de l’armée, déprécié les offres de service d’une certaine classe politique et mis à nue la dérive totalitaire du pouvoir.

Dans « un pays rattrapé par des promesses non tenues de réformes, le gouvernement recourt sans retenue à la planche à billets pour combler artificiellement les déficits de tout genre et alimenter les rallonges financières, simulant ainsi un élan irresponsable vers une activité économique aux antipodes de toute gouvernance rationnelle », note le RCD qui tire la sonnette d’alarme sur un glissement inexorable vers une explosion sociale. « La baisse tendancielle des réserves de change prises en tenaille par un niveau d’importation incompressible, sauf à prendre le risque de compromettre la paix sociale, et la quasi impossibilité de voir un prix du baril au-dessus de 100 dollars (condition minimale pour espérer retrouver un équilibre budgétaire) expose et prépare le pays à des désordres inévitables », relève, avec inquiétude, le RCD dans son communiqué final.

La tradition, toute algérienne, d’interpeller le commandement de l’armée dans des situations d’impasse ou de crise est le produit de notre histoire bloquée.

[ De la déclaration du SN du RCD ]

 

Abordant les manœuvres politiques enregistrées ces derniers jours , le RCD constate que « la dérive totalitaire qui consiste à priver le peuple algérien d’un débat sur les programmes politiques donne lieu à des offres de service burlesques ou à des agitations tendant tour à tour à reporter le scrutin d’avril 2019, organiser des conférences d’entente ou prêter l’intention au chef d’Etat d’un désir subit de démocratisation… ».

Sur la dernière sortie publique du ministère de la défense nationale, le parti de Mohcine Belabbas ne fait pas dans le repassage des treillis. « Les réactions sélectives du chef de l’état-major de l’Armée nationale populaire ne travaillent pas à rassurer les citoyens sur la neutralité de l’armée vis-à-vis de tous les acteurs politiques », assènent les rédacteurs du communiqué avant de préciser qu’on ne peut pas « passer sous silence les propos d’acteurs non institutionnels, invoquer « courtoisement » la neutralité de l’armée vis-à-vis des autres et recourir au rappel à l’ordre, voire à l’invective, les préoccupations exprimées par certains ».

Pour le RCD, le verdict est sans appel : « La dernière sortie du chef d’état-major indique tout sauf une attitude de neutralité républicaine ». « Autant l’interpellation adressée à un officier supérieur à la retraite surprend par sa célérité et sa fermeté, autant le silence qui a accompagné un autre officier proche du cercle présidentiel interpelle », relève le RCD dans son communiqué, pour illustrer l’évidence du parti pris de l’Armée.

Devant l’état de délabrement des institutions du pays, la dévastation des corps politiques et la destruction des espaces d’intermédiation, l’organisation d’une présidentielle avec ses lièvres et son bourrage systématique des urnes ne suffit plus à assurer la reconduction du système politique.

[ De la déclaration du SN du RCD ]

Le secrétariat national du RCD  est plus que convaincu que les présidentielles « donnent lieu à des règlements de comptes entre factions toutes mues par le contrôle de la rente et la perpétuation du système des privilèges » et tendent à « la reconduction de la confiscation de la souveraineté du peuple dans des phases historiques où les systèmes les plus fermés s’essaient à la transparence des opérations électorales ». Vivement préoccupé,  le RCD appelle au discernement et invite les citoyens « à la vigilance dans une séquence politique où des provocations et une désinformation propagandiste tentent de remonter le temps pour relancer un régime condamné par son bilan et l’évolution des mœurs politiques ».

Le sinistre scénario est désormais clair. Il faut anesthésier les vitalités qui demeurent actives dans le tissu social et exclure violemment le peuple de la consultation.

[ De la déclaration du SN du RCD ]

Notons enfin que le secrétariat national du RCD a tiré pleine satisfaction de sa participation aux sénatoriales de décembre. « Le scrutin sénatorial du 29 décembre a démontré que nous pouvons être un véritable segment de recomposition au moment où des forces politiques s’abiment dans des alliances non assumées et que l’argent sale et l’administration se relaient pour dégrader davantage un climat politique et social déjà préoccupant », notent en substance, les rédacteurs du communiqué.

Moussa T

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :