Mohcine Belabbas sur El Magharabia : « Nous devons inviter le pouvoir à négocier son départ »

Invité ce soir sur le plateau d’El Magharabia, Mohcine Belabbas, président du RCD, a plaidé l’urgence de réunir toutes les bonnes volontés nationales afin de dégager des mécanismes adéquats pour sortir le pays de la crise cyclique qui l’étouffe depuis 1962.

Pour Mohcine Belabbas, l’expérience de Mazafran a prouvé au monde que la réunion de toutes les parties, et au delà des divergences naturelles qui les caractérisent, est possible et qu’il est temps de relancer la dynamique pour trouver ensemble les mécanismes qui permettront, non pas de faire sortir le régime de sa crise, mais extirper le pays du cycle des crises qu’il connait depuis l’indépendance. « Nous devons nous entendre sur les préalables démocratiques et les mécanismes garantissant un bon exercice démocratique et, enfin, inviter le pouvoir à la table pour négocier son départ », dit Mohcine Belabbas qui considère les initiatives de TAj et du MSP comme un appel du pied à redonner vie au régime qui est en fin de cycle.

Répondant à Badreddine Garfa, «cadre du FIS» comme il aime se présenter, qui a suggéré par téléphone,  que tout le monde doit ,d’abord, avoir le courage de faire son mea-culpa et demander pardon pour avoir cautionner le «coup d’Etat» de 1992, Mohcine Bellabas rappelle qu’il n y a pas que les événements de 1992 qui nécessitent éclaircissement et éclatement de la vérité. Et de rappeler une série d’événement dramatiques, tels que les assassinats de Krim Belkacem, Mohamed Khider, le colonel Chabani …etc , qu’a vécu le pays et qui exigent aussi une certaine vérité.

Pour Mohcine Belabbas, l’heure n’est pas à ces marchandages mais à l’urgence de réunir les forces nationales pour mettre fin à la crise cyclique qui secoue le pays, de trouver une voie de sortie au régime et d’explorer les meilleures voies  d’asseoir une vraie démocratie, seul moyen de rendre espoir à ce peuple meurtri.

Karim Tabou, le chroniqueur Saad Bouakba et l’universitaire Djamel Bouiche, présents sur le plateau, ont exprimé leur adhésion à cette approche.

Sur un second plateau de la même chaine, en compagnie de Abderrezak Makri, Mustapha Bouchachi etd autres invités, Mohcine Belabbas a dénoncé avec énergie les interventions répétées du chef d’Etat-major de l’ANP, Ahmed Gaïd Salah, dans la sphère politique. « Il outrepasse ses prérogatives constitutionnelles et tend, à travers ses discours politiques aux aux militaires des différentes régions qu’il rassemble à l’occasion de ses visites d’inspection, à faire l’armée un véritable parti politique. Et ceci est inacceptable ! », tonne le président du RCD qui place comme priorité de l’heure la rencontre de tous les partis , sans exclusions, autour de préalables démocratiques communément adoptés, avant d’aller négocier les voies du départ du pouvoir actuel, source de cette situation chaotique.

Moussa T

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

%d blogueurs aiment cette page :