OUYAHIA : Haine de soi et déni

Dans son introduction au conseil national du RND, l’inoxydable Ouyahia semble plus que jamais tenir à sa pole position dans le concours de la défiance populaire.
En effet, il commence par déplorer et condamner les abus électoraux dont son parti aurait été victime lors des dernières sénatoriales. Pour un homme fabriqué et maintenu par la fraude la plus monstrueuse, le mieux eut été de passer sous silence les honteuses opérations électorales qui l’ont enfanté. Eh bien, non ! Ouyahia n’a ni décence ni retenue. Il a toujours peur que quelqu’un lui vole la première place de l’indécence.
Tout en convenant que le pays a besoin de changement profond et rapide, le roturier du système attend avec « espérance la candidature du moudjahid Abdelaziz Bouteflika », violant au passage allègrement la constitution.
Il nous rappelle que les libertés démocratiques, plus rognées et malmenées sous son règne que tous les autres, sont, en fait, renforcées et consacrées au moment où journalistes, syndicalistes et militants politiques et associatifs sont quotidiennement privés de leurs droits les plus élémentaires.
Sur la jeunesse, dont il souligne le confort et l’intégration dans la globalisation, il se surpasse en cynisme. C’est au moment où les jeunes Algériens pulvérisent le record de la harga avec son lot de naufrages qu’Ouyahia déguste par procuration leur bonheur.
Enfin, pour le quadruple premier ministre, l’économie est sur des rails prometteurs pendant que les experts les plus complaisants et les acteurs économiques les plus productifs tirent la sonnette d’alarme sur la corruption et les indicibles abus commis par les sectes prédatrices sur lesquelles le chef du gouvernement ne souffle mot.
Tout se passe comme si l’homme des sales besognes avait peur qu’un Algérien oublie de le détester un jour.
C’est pourtant sur ce seul registre qu’il peut dormir tranquille. Son bilan ne souffre d’aucune ambiguïté. Il est permanent dans la contradiction, la morgue, l’abus, la servilité et…l’échec.

Akli Rahmoune.

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

%d blogueurs aiment cette page :