FFS: la rébellion contre l’instance présidentielle s’organise

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Le front des forces socialistes (FFS) traverse un nouvelle crise interne. Cette fois-ci, c’est le maintien du premier secrétaire, Mohamed Hadj Djilani qui a enclenché la rébellion qui commence à prendre de l’ampleur. Ayant désavoué Hayat Taiati qui avait exigé, lors de la dernière réunion du Conseil national du parti, le départ du premier secrétaire, le coordinateur de l’instance présidentielle du FFS, Ali Laskri, fait face à « une véritable désobéissance ».

Aujourd’hui, des membres de la fédération d’Alger ont occupé le siège nationale du parti où ils ont organisé un rassemblement pour appeler « au respect des statuts et des règlements ». Conduit par Hayat Tiaiti, les contestataires demandent aussi le départ, sans condition, du premier secrétaire, Mohamed Hadj Djilani.

« Nous demandons le respect des textes du parti et que les décisions au sein de l’instance présidentielle soient prises de manière collégiale », lancent-ils. Outre ce rassemblement, plusieurs cadres et membre du secrétariat national ont annoncé  leur démission. C’est le cas notamment de l’ancien premier secrétaire du FFS, Abdelmalek Bouchafa qui rejoint officiellement l’opposition.

Plusieurs autres cadres du parti affichent aussi publiquement leur mécontentement et leurs désaccord avec l’homme fort du parti actuellement, en l’occurrence Ali Laski.

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :