Ignorant la contestation contre le 5ème mandat : Bouteflika tient à sa « continuité »

Le président-candidat à la prochaine présidentielle, Abdelaziz Bouteflika, fait mine d’ignorer  la mobilisation populaire contre sa reconduction pour un 5ème mandat. Il tient à la « continuité », synonyme de son maintien au pouvoir malgré son impotence.

Dans un message, lu en son nom par le ministre de l’Intérieur, Noureddine Bedoui, aujourd’hui à Adrar où se tient la cérémonie officielle de célébration des festivités du 24 février, il loue même « les vertus  de la continuité ».

« (…) cet exposé succinct sur les différentes étapes de l’histoire contemporaine de l’Algérie en matière de lutte et d’édification se veut une manifeste illustration de mon message, le message des vertus de la continuité. La continuité qui fait que chaque génération apporte sa pierre à l’édifice des réalisations. Une continuité garantissant la persévérance dans la bonne voie et permettant de remédier aux erreurs marginales. Une continuité qui permet à l’Algérie de passer à la vitesse supérieure dans la course au progrès et à la prospérité », affirme-t-il.

Ce faisant, le président sortant fait aussi l’éloge de son bilan, après 20 ans de règne. « Lors des deux dernières décennies, l’Algérie a su combiner la richesse des hydrocarbures et la décision politique indépendante et conjuguer les bras et la volonté de ses loyaux fils », soutient-il.

Selon lui, « une fois le pays sorti des affres de la tragédie nationale et de la restructuration économique et sociale, nous nous sommes lancés dans le processus de construction et d’édification » qui a permis « peu à peu, à l’Algérie de se libérer du fardeau de la dette extérieure, d’éloigner le spectre du chômage qui a failli asphyxier nos jeunes, et d’enrayer   considérablement les manifestations de la misère et de la pauvreté grâce à la réalisation, à travers les quatre coins du pays, de milliers d’écoles, de centaines d’hôpitaux, de dizaines d’universités et de millions de   logements ».

« Cette entreprise n’aurait pu être menée sans l’indépendance de notre décision politique et économique, qui nous a permis de surmonter les difficultés financières, ces dernières années. En outre, elle a été   possible grâce à la paix sociale et à la mobilisation des travailleurs sous   la bannière de l’Union nationale des travailleurs algériens (UGTA) », explique-t-il.

Abdelaziz Bouteflika invoque, dans la foulée, la situation sécuritaire qui prévaut dans le voisinage, comme pour rappeler aux manifestants les dangers qui guetteraient le pays. « L’instabilité et les fléaux du terrorisme et du crime transfrontalier qui marquent notre   voisinage immédiat et s’imposent à notre vaillante Armée nationale populaire (ANP), que nous saluons encore une fois », précise-t-il, rappelant que « notre armée a besoin d’un peuple conscient, mobilisé et vaillant pour être un précieux appui et un solide bouclier afin de préserver la stabilité de notre pays ».

Massinissa Ikhlef 

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

%d blogueurs aiment cette page :