KABYLIE : sale temps pour les KDS

La population de Michelet est sortie spontanément dans la rue le 23 février pour, d’une part dénoncer et condamner les Kabyles de service ( KDS) de la région qui se sont alignés sur Bouteflika et, d’autre part, se démarquer de la candidature de Ghediri que l’avocat Mokrane Ait Larbi a tenté de leur vendre lors d’une sortie surprise  dans la ville.

Lors des prises de paroles improvisées, Amara Benyounes, Madjid Sidi Said et Ould Ali El Hadi, tous originaires de la localité, ont été vigoureusement dénoncés comme des agents qui «  ont vendu leur honneur, indignes de leur région et qui ne représentent que leur petite personne ».

Lors de la manifestation qui a regroupé plus de 200O marcheurs, on pouvait lire sur une grande banderole «  Ni Bouteflika ni Ghediri, la solution n’est pas dans l’urne ».

Dans la foulée de l’indignation populaire de Michelet, on découvre sur la toile que d’autres villes, qui comptent en leur sein des recrues du système, s’apprêtent à  renier  ceux  qui « ont trahi le combat et les valeurs démocratiques défendues et portées par la Kabylie par des générations de militants qui ont fait de la région le bastion des luttes démocratiques du pays ».Des messages sont déjà postés pour relayer l’initiative lancée à partir de Michelet.

Quelques uns de ces transfuges ont commencé à prendre contact avec des militants de l’opposition pour limiter leur implication dans la corruption et le plan de pollution générale mené contre la région pendant que d’autres expliquent qu’ils n’avaient pas le choix et que dans le secret de leur cœur, ils sont toujours restés « des fils dignes de la Kabylie », comme a tenté de se défendre A. Boutata, élu du RND à Bouira.

A suivre

Arezki Larabi

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

%d blogueurs aiment cette page :