Les étudiants Algériens recadrent le premier ministre et les relais du pouvoir

Les étudiants de toutes les universités d’Algérie sont sortis aujourd’hui, mardi 26 février, dire le rejet du système actuel et exprimer leur opposition au 5ème mandat. Cette sortie massive des universitaires avec des slogans clairs, net et précis, se veut une réponse cinglante au premier ministre, Ahmed Ouyahia, qui a réduit la veille, à l’occasion de la présentation de déclaration de politique générale, les revendications de centaines de milliers d’Algériens à un simple vœu populaire de voir Bouteflika se retirer de la course électorale.

Avec des slogans « Système dégage « , « Echaab yourid isqat Ennidham ( Le peuple veut la chute du système ), « On ne veut pas de Bouteflika et Said », entonnés en chœur dans les enceintes universitaires d’Alger, et dans les rues de Bouira, Boumerdes, Tizi Ouzou, Bejaïa, Setif, Annaba, Chlef et toutes les viles universitaires du pays se veulent un recadrage magistral du discours prononcé par le chef du gouvernement et des lectures avancées ça et là par les relais politiques et médiatiques du système.

Les étudiants Algériens ont, aujourd’hui, montré la voie du salut, exprimé avec clarté le désir profond du peuple au changement de système et son aspiration à un nouveau départ politique et institutionnel.

Avec une pédagogie propre à eux, les étudiants Algériens, sortis en masse, ont expliqué que le slogan  » Non au 5ème mandat  » est un générique d’une revendication plus profonde et plus porteuse d’espoir : Finir définitivement avec ce système, ses institutions illégitimes, ses hommes corrompus et son approche politique destructrice de la nation.

Moussa T

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

%d blogueurs aiment cette page :