BOUMERDES : Les magistrats et les enseignants rejoignent les manifestants anti pouvoir

Les magistrats, les huissiers de justice et les enseignants descendent dans la rue à Boumerdès pour joindre leurs paroles à celle du peuple. Les magistrats qui ont paralysé les six tribunaux de la région ont dénoncé le viol continu de la Constitution par une caste au pouvoir cherchant coûte que coûte son maintien en dépit de rejet populaire.

Les magistrats qui tenaient un sit-in devant le siège de la Cour de Boumerdès avec les huissiers de justice et les notaires, ont appelé au respect de la loi et de la volonté du peuple à choisir ses dirigeants démocratiquement. Ils ont même dénoncé l’attitude du syndicat des magistrats que président Laidouni qui tente de les intimider pour ne pas sortir dans la rue avec le peuple contre la mafia au pouvoir à leur tête Bouteflika.

« Syndicat autonome, Laidouni dégage », « errahil errahil, la tamdid la taedjil » (partez, partez, pas de report pas de prolongement de mandat », ont-ils scandé durant plusieurs heures.

Cette action de protestation a vu la participation des avocats et des notaires qui ont réitéré leur soutien au combat du peuple pour sa liberté et leurs dispositions à le défendre.

La contestation ne fait que grandir, en faite, dans cette wilaya, car des enseignants des syndicats autonomes de l’éducation nationale ont marché à partir de l’académie vers le siège de la wilaya en passant par le siège du gouvernement provisoire de la République Algérienne (GPRA) situé dans l’actuel institut des hydrocarbures (INH) pour dénoncer le viol de la Constitution et rejeter l’offre de Bouteflika qui veut mourir au trône. Les enseignants ont dénoncé l’ingérence extérieure notamment de Paris.

Zitouni Youcef

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

%d blogueurs aiment cette page :