CONFÉRENCE NATIONALE INCLUSIVE : Une APN-bis sans élections avec mandat illimité

Le message présidentiel d’hier se veut clair. Bouteflika ne lâchera pas le pouvoir. Il y est et il y mourra. Après avoir tenté en vain de passer par les urnes frauduleuses, il tente le diable : s’imposer, sans élections ni assise légale, maitre de cérémonie d’une manœuvre politique qui lui permet de mourir, comme il le souhaite, sur le trône et garantir la survie du système maffieux qu’il s’est démené, personnellement, à tracer les contours sa vie durant. Pire encore, il s’installe président à vie sans élections et propose une sorte de parlement composé essentiellement de ses charognards pour un mandat à durée indéterminée.

 La conférence nationale inclusive présidée par Lakhdar Brahimi, pur produit du système et proche parmi les proches du clan, est un bocal où va être noyé toutes les revendications populaires de changement radical. La participation de tous les partis à part égale dans cette conférence, tel que proposé par le clan,  revient à faire participer la soixantaine de partis microscopiques et la centaine d’associations nationales fantoches et autres organisations de masse affidées au pouvoir pour polluer le débat autour des questions fondamentales. Avec 3/4 de membres alliés au pouvoir et 1/4 d’éléments appartenant à une opposition éparpillée, avec un président qui prend ses directives d’El Mouradia, Bouteflika veut nous mettre en face de  la copie conforme de l’APN cadenassée de Bouchareb où tous les désirs du Roi passent comme des lettres à la poste. Avec cette nuance de taille : ce nouveau parlement est presque totalement désigné et pour une durée indéterminée.

En soulignant que « La conférence doit s’efforcer de compléter son mandat avant la fin de l’année 2019″, Bouteflika veut leurrer son monde qu’il tient absolument à un échéancier de transition serrée. S’efforcer de compléter ne veut pas dire obligation de résultats. La conférence dont découlent tous les éléments constructifs du plan proposé, fera semblant de faire des efforts mais peut s’éterniser dans le temps et aller jusqu’au dernier souffle vital du Raïs. Et c’est le principal but recherché : garantir des funérailles présidentiels au dépend de la nation.

Organiser une conférence nationale présidée par un ami du clan et ouverte aux Benhamou, Bouchareb, Amar Ghoul, Naima Salhi, Ali Zaghdoud, UGTA, FCE, UNFA, UNPA, UNJA, RA, PRSDA, et toute la meute du système, est la pire des arnaques politiques. Elle assurera à coup sûr la mort des revendications populaires et la mort…. au trône .. du chef de l’État.

Arezki Lounis

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

%d blogueurs aiment cette page :