EN COMPAGNIE DE SAID SADI : Les anciens d’Avril 1980 ont marché sur fond de mémoire vertueuse

Des centaines de milliers de manifestants ont marché aujourd’hui dans la ville de Tizi ouzou pour le sixième vendredi de suite. Chose remarquée, ce 29 mars, est ce carré où les anciens animateurs d’avril 1980, tels que Said Sadi, Mouloud Lounaouci, Ahmed Sadi, Amar Hamadi, Hend Sadi, Arab Aknine, Arezki Kecili et bien d’autres ont marché ensemble . « Beau moment de convivialité sur fond de mémoire vertueuse », dit Said Sadi dans un post publié ce soir sur sa page Facebook.

Said Sadi semble être au fond de son émotion et il le fait savoir sur sa page. Et avouons le, c’est pas dans l’habitude de l’homme de laisser déborder son senti en public. « Moment fort en émotion et riche d’enseignements devant le portail de l’université Mouloud Mammeri où des jeunes se pressaient autour « des vétérans », qui pour un selfie, qui pour déclarer à la cantonade que son éveil et son engagement politiques sont une résonance de ce printemps qui a fissuré la peur et défié la pensée unique », décrit le moment, celui qui fut  le signataire d’appel à la grève générale un certain 16 avril.

 Said Sadi ne s’interdit pas un retour vers cette source qui alimente à ce jour les combats pacifiques pour une Algérie meilleure. Et c’est tant mieux. « Quand nous avions lancé l’idée du combat pacifique en avril 1980, beaucoup nous regardaient avec ironie ou compassion tant la méthode apparaissait illusoire, naïve voire suicidaire face à un pouvoir qui avait fait de la violence sa religion. Nous étions partis pour subir de lourdes peines de prison voire des exécutions capitales. Nous avions attenté à des dogmes et des rites décrétés irréversibles. C’est une mobilisation populaire massive et généreuse, semblable à celles qui se déroulent aujourd’hui sur l’ensemble du pays, qui, pour la première fois, a fait reculer le pouvoir provoquant notre libération. Avril 80 fut une répétition générale qui annonçait trente neuf ans auparavant le miracle qui enchante la nation et enthousiasme le monde actuellement », lit-on avec délectation ce témoignage émouvant.

Quand on parle des graines semées en 1980, il est impossible que des souvenirs ne remontent pas. Surtout avec Said Sadi qui sait donner la mesure de l’Histoire. « Les graines semées en 1980 ont germé. Elles ne viennent pas de nulle part. Des noms et des figures ont traversé nos esprits tout au long de la marche. Ils s’appelaient Benai Ouali, Amar Ould Hamouda ou Mbarek Ait Menguellat, tous liquidés pour cause de vérité et de lucidité précoces », rappelle Said Sadi qui relève que « leur message  fut précieux pour concevoir et lancer le combat de l’Algérie plurielle, démocratique et sociale, adossée au strict respect des libertés individuelles et collectives « .

Abordant la manifestation de ce 29 mars, Said Sadi pense que « ce vendredi était, en effet, exceptionnel car il était essentiellement destiné à donner une réponse au chef d’Etat major que des partis croupions, qui ne réalisent pas qu’ils sont déjà des déchets de l’Histoire, s’empressent d’encenser, le considérant comme le nouveau roi ».

Partant du constat que « c’est le reniement de la primauté du civil sur le militaire qui a fait de la maison Algérie une prison à ciel ouvert »,  Said Sadi rappelle que « désormais, l’armée, ou ceux qui parlent encore en son nom, doivent apprendre à considérer cette institution comme n’importe quelle autre et qu’à ce titre, elle devra se soumettre au contrôle de la représentation nationale légitime à venir ».

Arezki Lounis

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

%d blogueurs aiment cette page :