FFS: l’ancien cabinet noir s’accroche « au pouvoir »

Le front des forces socialistes (FFS) connait, lui aussi, un « Hirak interne » d’un autre genre. Si dans la rue, les Algériens demandent le départ du système, au FFS, l’ancien cabinet noir du parti, une sorte de système interne, veut le retour aux affaires.

Il se manifeste ainsi à travers des « marches » périodiques au siège national de cette formation, fondée par feu Hocine Aït Ahmed. Après avoir réussi à dégager « l’ancien premier secrétaire, Mohamed Hadj Djilani, suite à un conseil national extraordinaire », les manœuvriers de l’ancien cabinet noir, s’apprêtent à reproduire, vendredi prochain, une action similaire.

Leur chef de file est l’ancienne députée, Hayat Tayati, membre de l’instance présidentielle depuis le dernier congrès extraordinaire. Cette dernière, selon des proches de la direction, appelle, avec la complicité d’un autre membre de l’instance présidentielle opposé à Ali Laskri, à la tenue d’un nouveau conseil national extraordinaire pour tenter de contrôler définitivement l’appareil du FFS.

Face à cette situation, le nouveau premier 1er secrétaire du FFS, Hakim Belahcel, nommé tout récemment par l’instance présidentielle, dénonce cette énième tentative de déstabiliser le parti.

« Nous venons de prendre connaissance avec beaucoup de consternation et de désolation, la publication sur les réseaux sociaux d’un appel signé par deux membres de l’instance présidentielle du parti où ils convoquent les cadres et militants à une session extraordinaire du conseil national du FFS pour ce vendredi 22 mars 2019 », indique-t-il, dans un communiqué diffusé sur le site internet du parti.

Pour Hakim Belahcel, cet appel à la tenue d’un conseil national extraordinaire est « illégal et anti-statutaire ». « J’affirme que ce genre d’agissements sont pour le moins irresponsables et condamnables. Je rappelle ici que l’instance présidentielle a comme noble vocation de veiller à l’unité du parti et à la sauvegarde de la cohésion entre militants, et non à sa neutralisation en ces moments historiques pour le peuple Algérien », lance-t-il, mettant en garde « les auteurs de cette convocation quant à ses implications néfastes et dangereuses sur l’image du parti et sur les rapports entre militants ».

Hakim Belahcel précise, par ailleurs, que « l’unique session extraordinaire du conseil national convoquée d’une manière officielle, statutaire et réglementaire est celle du samedi 13 Avril 2019 prochain ». « Aucune manœuvre et aucun stratagème ne nous feront détourner de nos missions historiques à l’intérieur du parti et envers le pays », explique-t-il.

Massinissa Ikhlef 

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

%d blogueurs aiment cette page :