GUERRE SUR LA TOILE : le clan Bouteflika livre bataille

Après le limogeage du directeur de Mobilis, accusé de ne pas répondre assez vite aux instructions de sa ministre de tutelle, et néanmoins belle soeur du chef de l’Etat, quand il faut réduire le débit internet, le clan Bouteflika passe à la vitesse supérieure.

Recruter massivement des agents pouvant polluer la toile en ces temps où internet est le support le plus utilisé par les Algériens pour s’informer ou communiquer les décisions à prendre dans le cadre du mouvement d’insurrection citoyen qui secoue le pays.  5000 dinars sont offerts pour une période de  3 heures de surveillance d’adresses mail et l’inondation des commentaires à chaque sortie médiatique d’un opposant. Le recrues se font parmi les enseignants, techniciens ou les agents de l’administration.

Six  sites sont déjà préparés. Bouzareah, Beni Messous, Ben Aknoun, Champ de manoeuvre, Hussein dey et El Harrach, chacun peut abriter plusieurs dizaines d’intervenants. D’autres pourraient suivre dans les prochains jours tant les pressions sur le cercle présidentiel s’accentuent depuis l’annonce de candidature de Bouteflika.

La fermeture pure et simple d’internet exposerait le pouvoir à de sérieuses remontrances de la part de l’Union européenne et des USA qui gardent encore une relative distance par rapport aux évènements qui agitent l’Algérie.

Du coup les Bouteflika débloquent un budget conséquent pour parasiter les échanges sur la toile.

Arezki Larabi.

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

%d blogueurs aiment cette page :