La solution empoisonnée de Bouteflika

Le message de Bouteflika, émis ce soir, est une pâle copie de la lettre envoyée, la semaine passée, depuis Genève et rejetée par le peuple. Le chef de l’Etat, mu par son désir maladif de ne pas lâcher le pouvoir, change uniquement l’option de passer des urnes douteuses pour continuer ses manœuvres politiques par un coup de force en s’imposant comme la matrice principale de toute solution à venir. Ce soir, il offre une solution empoisonnée au peuple.

Bouteflika a annoncé une pile de décisions allant de l’installation, par ses soins,  d’un Gouvernement de compétences nationales, à l’organisation d’une conférence nationale inclusive et indépendante qui sera équitablement représentative de la société algérienne comme des sensibilités qui la parcourent.

Surréaliste, le chef de l’Etat avance qu’il continuera sa « mission ultime en parachèvement de l’œuvre dont Dieu Tout-Puissant [ lui ] a accordé la capacité et pour laquelle le peuple algérien [ lui ]a donné l’opportunité ».

Abdelaziz Bouteflika, habitué aux basses manœuvres,  ne dit pas quand et comment ce peuple Algérien, qui crie depuis trois semaines son départ, lui a donné  » cette opportunité » ni dans quel oracle Dieu le Tout-Puissant l’a doté de cette capacité de parachever l’oeuvre. Son mandat présidentiel, dont la légitimité est discutable, prendra fin le 18 avril 2019. Chaque jour de plus, ajouté à El Mouradia, est une présence anti-constitutionnelle et un coup d’État flagrant. Abdelaziz Bouteflika veut par cet agenda présenté ce soir, s’imposer aux Algériens comme un fait accompli.

En se donnant le pouvoir et le plaisir de nommer le chef du  » gouvernement de compétences nationales » et de nommer le président de la conférence inclusive, tout en ayant le dernier mot sur ce qui représente quoi dans cette conférence, Bouteflika veut s’offrir le dernier plaisir de nous coudre un costume sur mesure.

Toujours autistes, le chef de l’État et son entourage ne veulent pas entendre ou feignent d’ignorer que la solution voulue par le peuple les met de facto hors équation. Son message et la pile de solutions proposées ce soir sont un autre leurre qui ne peut plus séduire.

Arezki Lounis

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

%d blogueurs aiment cette page :