NOUVELLE CARTE DU POUVOIR : Abdelkader Bensalah, le majordome du clan Bouteflika

Acculé jusqu’au dernier retranchement, le pouvoir, sur le point de pousser son dernier souffle,  veut s’offrir une autre chance de survivre en se préparant à lancer une nouvelle  offre de soumission moins douloureuse pour lui.

Selon des informations fuitées sous forme de ballon sonde, le clan de Bouteflika prépare une nouvelle lettre où il est question de départ du chef de l’État le 29 avril avec, au préalable, la désignation de Abdelkader Bensalah, actuel président du Sénat, comme intérimaire qui aura la tâche d’organiser une nouvelle présidentielle.

Cette nouvelle manœuvre qui tend à gagner du temps, dans l’espoir de voir le mouvement populaire s’essouffler, ne s’adosse à aucune référence constitutionnelle. C’est un autre hors jeu qui chemine en parallèle , et à mille lieues de la revendication populaire.

Le clan Bouteflika, sans aucun appui populaire, hormis le quarteron politicard coupé de sa base militante, continue de nourrir cet espoir morbide d’imposer un changement dans le système alors que la rue Algérienne réclame un changement de tout le système.

Abdelkader Bensalah, ce natif d’Oudjda, vieil homme malade et vomi par le peuple, est le majordome du clan Bouteflika. Sa désignation à la tête de transition politique est synonyme du maintien, par procuration,  du chef de l’État actuel.

Ceci relevé, cette proposition farfelue, si elle vient d’être confirmée, tend à atteindre deux objectifs distincts : gagner du temps dans l’espoir que s’use la mobilisation populaire ou à défaut, tenter de ramener le débat vers l’exigence d’une personnalité qui doit assurer la transition et l’éloigner de la revendication radicale de changer carrément le système. Autrement dit, le  pouvoir veut imposer sur la scène un autre débat que celui tranché jusque là par la rue Algérienne.

Moussa T

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

%d blogueurs aiment cette page :