Rachid Nekkaz : L’histoire burlesque d’un faux candidat qui a mené la jeunesse en bateau

On August 7th 2018 the French Algerian businessman Rachid Nekkaz has confirmed that he will in fact keep his promise of paying Danish burka-fines. A 28-year-old woman was fined as the first Danish person under the new masking in public law for wearing her niqab in a shopping center in Northern Zealand. The fine for a first offence is 1000 DKK and gets progressively larger for multiple offences. Nekkaz confirms that he will be in Denmakr to pay the amount within the next few days. Political right wing parties Venstre and Danish People's Party are not happy that Nekkaz will pay the fine and Martin Henriksen (DPP) suggests a prison sentence to make sure the offender pays a price for breaking the law.
Rachid Nekkaz, le soutien incondictionnel des voilées d’Europe, aurait mené toute une jeunesse Algérienne en bateau. Profitant de leur enthousiasme au changement, il aurait abusé de leur sympathie pour leur faire signer des formulaires qui n’étaient pas siens. L’histoire est à peine croyable.

Rachid Nekkaz, l’émigré, se savait irrecevable au conseil constitutionnel, il cherche dans sa famille à Chlef un homonyme parfait et trouve un Rachid Nekkaz, mécanicien de son état,  presque du même âge. Il lui demande de constituer un dossier. Le mécanicien s’exécute et Rachid Nekkaz, le facebooker commence sa campagne de collecte de signature. Les jeunes voyaient que les formulaires portaient le nom de Rachid Nekkaz signaient sans savoir que la date de naissance portée sur le document n’est pas sienne. D’où vont-ils le savoir ?

Aujourd’hui, Rachid Nekkaz devait présenter son dossier et il savait qu’au conseil constitutionnel, il devait ramener l’autre : la vérification de l’identité oblige. Et c’est là que la surprise est apparue.

Rachid Nekkaz, le mécano, avance aux journalistes que c’est lui le candidat et que l’autre, celui qu’on connait, est juste son directeur de campagne. Au dernières nouvelles, Rachid Nekkaz , le facebooker, serait arrêté. Rachid Nekkaz , le mécano, attend le verdict du Conseil constitutionnel qui va statuer sur son dossier.

Arezki Lounis

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

%d blogueurs aiment cette page :