Saïd Sadi corrige le site du fils de Khaled Nezzar, Algérie Patriotique   

L’ancien président du RCD, Saïd Sadi, vient de faire une mise au point au journal électronique du fils du général à la retraite, Khaled Nezzar. Il lui administre une véritable correction en lui enseignant les règles les plus élémentaires du journalisme.

Ce site, en quête d’audience et qui surfe tout le temps sur l’information sensationnelle de bas niveau, a prétendu, dans une volonté de nuire, que le Dr Sadi a répondu, en cachette à une invitation du diplomate Lakhdar Brahimi.

« Le site électronique, Algérie Patriotique a rapporté que Lakhdar Brahimi a reçu Saïd Sadi et Louisa Hanoune mercredi, c’est à dire après avoir vu le chef de l’État. Cela est faux, du moins pour ce qui est de mon entrevue. Par ailleurs, le site laisse entendre que cette rencontre aurait eu un caractère discret, sinon secret, alors qu’elle a eu lieu dans un hôtel international. Du reste, j’en avais moi-même fait part y compris devant des journalistes en marge du forum de Liberté où je suis intervenu mercredi », explique Saïd Sadi dans une mise au point rendue publique sur sa page Facebook.

Et d’ajouter : « Je connais Lakhdar Brahimi depuis plusieurs années par l’intermédiaire de son frère Miloud. M. Lakhdar Brahimi m’a appelé le dimanche 10 mars, et non mercredi comme le prétend le site sus cité, pour me dire qu’il venait d’arriver à Alger pour un bref séjour et qu’il se trouvait à l’hôtel Aurassi. Etant libre dans la soirée, je m’y suis rendu. En arrivant je l’ai trouvé en compagnie de M. Rahabi ».

Le grand militant de la démocratie livre ainsi le contenu de sa discussion avec Lakhdar Brahimi qui est loin d’être une négociation sous la table d’une sortie de crise, comme l’affirme encore ce site.

« Devant ce dernier (Rahabi ndlr), M. Brahimi m’a dit être arrivé pour entendre comme il avait commencé le faire à Paris, où il venait de discuter avec l’écrivain Kamal Daoud. Je lui ai répondu qu’il risquait d’être déçu car, connaissant mieux que moi le régime, il doit savoir que l’opacité ne s’éclaircit pas dans les périodes de troubles », souligne-t-il, précisant qu’après « un quart d’heure, M. Rahabi est parti ».

Saïd Sadi affirme avoir expliqué à son vis-à-vis que la seule solution à la crise actuelle est la démission de Bouteflika et de son gouvernement. « J’ai expliqué que j’étais assez inquiet car il ne me semblait pas que le pouvoir appréciait à sa mesure la gravité de la situation, ajoutant que, de ce que j’entends et crois, le départ de Bouteflika et la démission du gouvernement était un des préalables à toute démarche sérieuse. Sur ce point, M. Brahimi n’a pas fait de commentaires », indique-t-il.

Selon lui, « au moment de la rencontre, c’est-à-dire dimanche, M. Brahimi ne m’a pas donné l’impression d’avoir été chargé de quelque mission que ce soit puisqu’il m’a affirmé qu’il avait un déjeuner prévu à Paris pour le surlendemain, c’est à dire mardi, et qu’il ne l’avait pas annulé ».

« Je ne suis cependant pas en mesure de donner les raisons qui ont amené M. Brahimi à prolonger son séjour à Alger », souligne-t-il. Outre Saïd Sadi, le parti des travailleurs a réagi aussi à ces allégations du journal électronique des Nezzar. Dans une mise au point publié par le chargé de communication du parti, Djoudi Djelloul,  sur sa page Facebook, le PT somme le site de publier sa réponse et se réserve le droit de le poursuivre en justice.

Massinissa Ikhlef 

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

%d blogueurs aiment cette page :