TRACTATIONS AU SOMMET : Que vient faire Liamine Zeroual à Alger ?

Depuis quelques temps, le bruit court sur un probable retour de l’ex-président Liamine Zeroual aux commandes de l’Etat. Hier soir, à la fin des marches grandioses, une information non confirmée dit avec insistance qu’il a rallié Alger, par route et depuis Batna, sans que les sources s’étalent sur le fond de ce voyage.

Hier, des centaines de milliers de citoyens de la ville de Batna se sont dirigés, pour la énième fois, au domicile de Liamine Zeroual l’appelant à prendre ses responsabilités et donner son accord de gérer la transition. Quelques jours avant, une campagne qui ne dit pas son nom tente d’imposer l’option Zeroual au centres de décision et à l’opinion publique.

L’homme a certes quelques atouts. Il a pris ses responsabilités au moment où le pays était à feu et à sang. Il a géré une courte période de transition et il a limité les mandats présidentiels. Sans aller au bout de sa mandature, il a déposé sa démission avant d’aller se fondre dans la population chaouie en citoyen ordinaire. Une attitude mise en exergue par ses fervents défenseurs pour l’imposer comme option de salut.

Mais l’ex-général Liamine Zeroual traine, tout de même, quelques casseroles politiques. C’est sous son règne que les plus grandes fraudes électorales du siècle ont eu lieu. En 1997, l’Etat avait mobilisé tous les moyens administratifs, politiques et sécuritaires pour donner une majorité absolue au RND aux législatives et aux locales. Ces fraudes gigantesques ont valu au RND qui venait à peine de naitre  le sobriquet de  » Bébé moustachu ».

Liamine Zeroual était aussi à l’origine de l’arrivée du détestable Ahmed Ouyahia au sérail. C’est Liamine Zeroual qui l’a tiré des couloirs diplomatiques pour lui remettre les clés du palais du gouvernement d’où il a géré l’insidieuse chasse aux cadres, la campagne de liquidation des entreprises publiques et la mise sur orbite  ce qui va devenir plus tard une oligarchie.

L’autre casserole qui traine au pied de Liamine Zeroual est la nomination du général Betchine comme conseiller. Ce dernier, en collaboration étroite avec Ahmed Ouyahia, ont mené la vie dure à la presse indépendante. C’est sous ce tandem que la profession journalistique a connu ses premiers grands déboires.

Tout cela relevé, l’ancien président est-il le dernier lièvre du chapeau que se réserve le système ? c’est fort possible. En tout cas, il n’ y a pas de fumée sans feu. Ali Mabroukine, l’ex- conseiller de Zeroual, est monté plusieurs fois au créneau pour dire que l’intéressé est prêt à relever le défi mais en posant deux conditions : avoir la main libre et l’entente sur le principe d’une transition à courte durée. Les sorties d’Ali Mabroukine et la campagne de plus en plus soutenue en faveur du retour de Liamine Zeroual aux commandes ne sont pas fortuites. Un accord serait sellé dans les centres de décisions pour aller dans cette direction. Reste à savoir quelle sera la réaction de la rue dont l’écrasante majorité, très jeune,  ne connait rien de l’homme et de son passé.

Arezki Lounis

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

%d blogueurs aiment cette page :