AFFAIRE DES FEMMES DÉSHABILLÉES AU COMMISSARIAT : La réaction forte du RCD

L’affaire de femmes déshabillées au commissariat de Baraki n’a pas laissé de marbre le RCD. Une réaction presque simultanée de ses responsables a été enregistrée.

 

Mohcine Belabbas : « Ce qui s’est passé à Baraki est une torture « 

Résultat de recherche d'images pour "rassemblement pour la culture et la démocratie"

Le président du RCD, Mohcine Belabbas, a dénoncé énergiquement cet acte ignoble . Pour lui, « l’ouverture d’une enquête sur l’affaire » est « devenue une urgence ». Plus incisif encore, Mohcine Belabbas affirme que  «l’arrestation des policiers impliqués et leur présentation devant la justice ne suffira pas parce que cela n’est pas seulement une atteinte à la dignité des militantes et une atteinte aux droits de l’homme puisqu’il s’agit d’une sorte de torture».

Nora Ouali : « Ces pratiques nous renvoient à l’ère coloniale »

L’image contient peut-être : une personne ou plus, selfie et gros plan

De son coté, la députée et secrétaire national à la promotion de la participation de la femme, Nora Ouali, a considéré dans un post sur sa page Facebook, ce qui s’est passé au commissariat de Baraki, comme quelque chose de « plus horrible et plus traumatisant que le meurtre ». Pour Nora Ouali, l’acte abominable de Baraki « nous renvoie à l’une des pages les plus  sombres de notre histoire : celle où l’armée coloniale s’attaquait aux femmes pour mieux écraser la dignité du peuple Algérien ». En s’adressant aux initiateurs de cet acte illégal et honteux, Nora Ouali leur fait savoir qu’ils font « fausse route ». « L’histoire Algérienne nous a appris que la révolte de Lala Fadhma N’soumer, Djamila Bouhired, toutes les djamilate et Fatmate d’Algérie, et leur résistance à toute sorte d’attaque et de torture,  étaient l’expression d’une conviction profonde qu’elles sont l’aile utile pour que la révolution prenne son envol. Elles avaient la certitude qu’elles sont partie prenante de la société Algérienne » , écrit Nora Ouali sur sa page Facebook avant de conclure que « le parquet doit entamer des poursuites judiciaires contre les auteurs de cet acte abominable qui porte atteinte à la dignité des Algériens et que les forces de l’ordre se mettent dans le sens de la révolution Algérienne qui a émerveillé le monde, en se départant des pratiques du régime héritées de l’ère coloniale ».

Maitre Fetta Sadat à l’écoute des victimes

L’image contient peut-être : 2 personnes, personnes assises et intérieur

De son coté, la députée et secrétaire national aux droits de l’homme, Fetta Sadat, a procédé au recueil de témoignages de quelques victimes de cet acte subi au commissariat. Fetta Sadat, juriste chevronnée et membre fondatrice de la ligue des droits de l’homme en 1985, s’est distinguée ces derniers jours par une mobilisation sans relâche pour accompagner le maximum de militants et citoyens victimes d’arrestations arbitraires de la part du régime.

Arezki Lounis

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

%d blogueurs aiment cette page :