Ahmed Ouyahia protégé par la police de toute image dégradante

Contrairement à Issad Rebrab, donné en pâture, à la manipulation médiatique, l’ancien premier ministre, Ahmed Ouyahia est tenu à distance des médias. Les journalistes sont éloignés de la porte du tribunal d’où devrait sortir celui qui doit répondre d’accusations graves telles que dilapidation de deniers publics et octroi d’avantages illégaux.

Un cordon de sécurité fait de plusieurs dizaines de policiers empêchent la presse de s’approcher de la porte d’entrée du tribunal pour soustraire l’ancien premier ministre à toute image qui serait dégradante à son statut.

Ce principe de discrétion et de protection de la dignité humaine n’a pas été réservé à l’homme d’affaire Issad Rebrab. Les caméras de TV privées dépêchées sur les lieux ont été autorisées à le filmer dans le fourgon cellulaire et à l’entrée même de la prison d’El Harrach. Les images ont été diffusées en boucle dans le but de porter atteinte à sa dignité.

Nadia Mehir

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

%d blogueurs aiment cette page :