APPORTANT UN SOUTIEN FRANC À BENSALAH : Gaïd Salah évoque un état d’exception en cas d’enlisement de la crise

La messe vient d’être dite à Oran. Le chef d’état major soutient la désignation d’Abdelkader Bensalah comme chef d’Etat par intérim. Il promet de l’accompagner dans son entreprise de transition. Par ailleurs, il met en garde contre certaines voix , soutenues par l’étranger, qui veulent s’imposer comme représentants du mouvement populaires et qui veulent déstabiliser le pays « à travers des slogans irréalisables».

Gaid Salah évoque une possibilité d’aller vers un état d’exception en cas du refus du processus constitutionnel en marche. Le chef d’état major a « déploré l’apparition de tentatives de la part de certaines parties étrangères, partant de leurs antécédents historiques avec notre pays, poussant certains individus au devant de la scène actuelle en les imposant comme représentant du peuple en vue de conduire la phase de transition, afin de mettre en exécution leurs desseins visant à déstabiliser le pays et semer la discorde entre les enfants du peuple, à travers des slogans irréalisables visant à mener le pays vers un vide constitutionnel et détruire les institutions de l’État, voire provoquer une déclaration de l’état d’exception ».

Le chef d’état major a apporté un soutien clair et franc au chef de l’État par intérim, désigné , hier mardi, par les députés et sénateurs des partis de l’alliance présidentielle. « Cette phase historique charnière et cruciale requiert, voire impose à l’ensemble des enfants du peuple algérien (…) de prendre en considération que la conduite de la période de transition nécessite un ensemble de mécanismes dont la mise en œuvre doit s’effectuer conformément à la Constitution qui stipule que le Président du Conseil de la Nation que choisit le Parlement avec ses deux chambres, après le constat de la vacance, assume la charge de Chef de l’État pour une durée de trois mois, avec des prérogatives limitées, jusqu’à l’élection du nouveau Président de la République », affirme-t-il dans son intervention.

En gage de bonne conduite de cette transition que mènera Bensalah, le général de corps de l’Armée assure que l’ANP accompagnera cette transition. « Je voudrais confirmer, dans ce contexte, que la période de transition destinée à la préparation des élections présidentielles, se fera avec l’accompagnement de l’Armée Nationale Populaire, qui veillera au suivi de cette phase, au regard de la confiance réciproque entre le peuple et son armée, dans un climat de sérénité et dans le strict respect des règles de transparence et d’intégrité et des lois de la République », dit-il en substance.

Arezki Lounis

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

%d blogueurs aiment cette page :