APRÈS TANT DE MANŒUVRES : Le chef d’état major a aujourd’hui la cartouchière vide

Le chef d’état major est en visite de deux jours à la 5e région militaire pour assister à un exercice de tirs à balles réelles. Une visite-alibi pour s’adresser encore une fois, aujourd’hui ou demain,  à la nation. Mais que dira encore le premier responsable de l’armée maintenant que sa cartouchière est presque vide de manœuvres ?

Depuis février, le général de corps de l’Armée, Gaïd Salah, a habitué les Algériens de répondre au vendredi des revendications par un mardi de manœuvre. Chaque semaine, le peuple descend dans l’arène pour affirmer sa volonté d’aller vers un changement radical du système, et chaque semaine le chef militaire botte en touche pour gagner du temps dans l’espoir de sauver le même système. Aujourd’hui, le match peuple-état major est dans les temps perdus. Ahmed Gaïd Salah doit siffler la fin de sa partie pour que le peuple puisse annoncer le début d’une autre plus prometteuse.

Le chef d’état major n’a plus rien à proposer. D’autant plus que le peuple ne lui demande rien, sauf un retrait définitif du champs politique.

Arezki Lounis

 

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

%d blogueurs aiment cette page :