ARRÊTÉ PRÈS DE SON CABINET À ALGER : L’avocat Salah Dabouz , transféré à Ghardaïa

Le système répressif s’installe doucement. Ce début de semaine est marqué par l’interpellation de journalistes, syndicalistes et militants de droits de l’homme.

Après l’arrestation, hier,  du journaliste Abane Meziane, libéré quelques heures plus tard, et l’embarquement de syndicalistes venus demander le départ de Sidi Said de l’UGTA, la police a procédé aujourd’hui dimanche, à l’arrestation de l’avocat et militant des droits de l’homme, Salah Dabouz.

La police est venu le cueillir dans un restaurant Algérois, sis près de son cabinet. Selon nos sources, son interpellation est liée à une affaire qui concerne aussi le syndicaliste  Aouf Brahim et le militant droit-de-l’hommiste  Kamaleddine Fekhar dont Maitre Dabouz est l’avocat attitré.

L’arrestation a eu lieu suite à un mandat d’arrêt émis par le tribunal de Ghardaïa contre ces trois personnes. D’après un membre de la famille Dabouz, le mandat d’arrêt aurait été émis contre l’avocat après que ce dernier ait « dénoncé l’abus de pouvoir et le racisme du Procureur Général de Taghardayt, Mohamed Bensalem ».

Les dernières informations parlent du transfert de Maitre Dabouz, par la police nationale, à la vallée du M’zab où il sera auditionné , demain lundi, par le juge d’instruction près le tribunal de Ghardaïa.

Nadia Mehir

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

%d blogueurs aiment cette page :