Gaid Salah critique sévèrement l’opposition et parle de plan de déstabilisation mis depuis 2015

Le chef d’état major, Gaid Salah, reste au garde à vous dans ses approches de la crise actuelle que vit le pays. Il tient à sa fiche de route, traite ses opposants d’entêtés, met en garde le peuple qui entrave le travail des ministres  et reparle du complot qui vise le pays.

C’est un chef d’état major remonté et cognant dans tous les sens qui s’est exprimé, aujourd’hui mardi 23 avril, depuis la première région militaire. L’opposition qui refuse de se mettre sous ses ordres semble irriter au plus haut point le maitre des Tagarins.  « Nous avons constaté l’apparition de certaines voix qui ne veulent aucun bien à l’Algérie, appelant à l’entêtement et l’acharnement à maintenir les mêmes positions préétablies, sans tenir compte de tout ce qui a été réalisé, le rejet de toutes les initiatives et le boycotte de toutes les démarches, y compris l’initiative de dialogue qui est censée être un des mécanismes civilisées qu’il y a lieu de valoriser, notamment dans ces circonstances particulières que vit notre pays », affirme le général Gaid Salah.  « Ces voix et ces positions obstinées œuvrent à entrainer le pays vers le piège du vide constitutionnel et le faire entrer dans la spirale de la violence et de l’anarchie, ce que refuse catégoriquement, à la fois, tout citoyen dévoué à sa patrie et l’Armée Nationale Populaire »,ajoute encore le général de corps de l’Armée, visiblement agacé par l’échec cuisant de la conférence nationale organisée par le chef d’Etat par intérim.

La chasse qu’opère le peuple algérien contre les membres de l’illégitime gouvernement de Nordine Bedoui que l’Armée veut imposer comme un fait accompli n’est pas du gout du chef de l’Armée. « Il y a lieu également de mettre en garde contre ce phénomène étrange qui consiste à l’incitation à entraver l’action des institutions de l’État et d’empêcher les responsables d’accomplir leurs missions. Ce sont là des comportements contraires aux lois de la République que ne peut accepter le peuple algérien jaloux des institutions de son pays et que ne peut tolérer l’Armée nationale populaire, qui s’est engagée à accompagner ces institutions conformément à la Constitution », a-t-il affirmé. « Comme nous attirons l’attention à ne pas tomber dans le piège de la généralisation et de se garder de faire des préjugés concernant l’intégrité et le dévouement des cadres de l’État, qui comptent parmi eux, beaucoup de cadres honnêtes, intègres et loyaux, qui veillent à garantir la continuité des institutions de l’État et assurer le bon fonctionnement des affaires publiques au service de la nation et des intérêts des citoyens. Car l’Algérie compte parmi ses enfants des compétences dévouées dans tous les secteurs, qui la portent dans leurs cœurs et n’ont d’allégeance qu’envers la patrie, leur unique souci étant de servir leur pays et le voir fort et fier dans le concert des nations», a encore ajouté le chef d’état major.

Le général Gaid Salah parle d’ « une stratégie bien étudiée, jusqu’à la concrétisation des attentes légitimes du peuple, qui commencent, Dieu merci, à porter leurs fruits progressivement ».

Fidèle à sa ligne discursive, le chef de l’Armée relève encore une fois l’existence d’un plan qui vise la sécurité du pays, monté par des comploteurs et des corrompus. « Nous rappelons que notre pays n’a cessé d’être la cible de complots abjects, pour le déstabiliser et mettre en péril sa sécurité, en raison de ses positions constantes et sa décision souveraine refusant tout diktat. En effet, nous avons pu recueillir des informations avérées faisant état d’un plan malveillant pour mener le pays à l’impasse, dont les prémices remontent à 2015, lorsque les trames et les visées du complot ont été révélées. Nous œuvrons sereinement et avec patience à démanteler les bombes à retardement qu’ont implantées ces corrompus et corrupteurs dans les différents secteurs et structures vitales de l’Etat. Ces secteurs seront assainis grâce à la conjugaison des efforts de toutes les personnes de bonne foie, ainsi qu’à la conscience du peuple algérien jaloux pour sa patrie et la disponibilité de ses enfants et frères au sein de l’Armée Nationale Populaire, déployés dans tous les recoins du pays, veillant à préserver l’autorité de l’État et la crédibilité des institutions et leur fonctionnement normal», révèle le général Gaid Salah.

Nadia Mehir

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

%d blogueurs aiment cette page :