INVITÉ DE TSA-DIRECT : Mohcine Belabbas met à nu les nouveaux maitres du régime

Mohcine Belabbas, président du RCD, a été l’invité de TSA-Direct, cet après midi du 14 avril. Un moment médiatique opportun pour jeter des lumières sur les derniers développements de la scène politique nationale.

Mohcine Belabbas a relevé la volonté manifeste du pouvoir actuel de pousser vers le pourrissement. Les lancers de gaz lacrymogènes dans le tunnel des facultés, l’usage des balles en caoutchouc, le déploiement massif du corps d’élite du GOSP dans tout Alger et la fermeture des voies d’accès à Alger par la gendarmerie et la police sont les instruments apparents de ce virement du pouvoir vers la répression du mouvement pacifique, dénonce le président du RCD qui félicite le peuple Algérien qui a su déjouer ce traquenard et rester fidèle à la ligne conductrice pacifique.

Le président du RCD se demande comment le pouvoir en place et ses relais médiatiques parlent de l’arrestation d’un groupe terroriste à Alger Centre sans montrer le moindre visage ou la moindre arme ni expliquer comment ce soit-disant groupe terroriste a pu passer tous les barrages filtrants de la gendarmerie, la police et le corps d’élite qui ont quadrillé toute la capitale. « Je ne crois pas trop à ce genre d’information qui n’a d’autre objectif que faire peur au peuple pour le démobiliser. Il n’est pas exclu que le prochain vendredi, on nous annonce qu’on a repoussé une attaque Israélienne », dit Mohcine Belabbas sur un ton ironique.

Le président du RCD a, en outre, démasqué la tendance de plus en plus manifeste des pouvoirs sécuritaires à mettre la main sur l’initiative politique. « En dehors du speech très court de Bensalah le jour de son investiture, seul le chef d’état major et la DGSN communiquent au nom de l’État », fait remarquer Mohcine Belabbas qui reproche au Général Gaid Salah sa mauvaise et dangereuse communication.

Le traitement du dossier de la corruption était aussi le dossier fort de ce TSA-Direct. Mohsine Belabbas a dénoncé la volonté des nouveaux maitres du régime d’actionner des opérations de règlements de compte. « Gaid Salah communique très mal. Il dit la chose et son contraire. Il annonce une justice qui a acquis son indépendance et lui dicte, en parallèle, les dossiers qu’elle doit ouvrir. Et la communication sélective des dossiers de corruption à traiter pousse à croire que le chef d’état major veut seulement livrer des messages à quelques parties, sans plus », dit Mohcine Belabbas. « Le traitement des dossiers de corruption doit bénéficier d’une totale transparence. Et il y a deux façons de le faire : soit le tribunal ou le parquet s’auto-saisit et déclenche la procédure tout en communiquant à fur et à mesure les développements des affaires, soit on va vers une justice transitionnelle comme ce fut le cas en Afrique du Sud. L’essentiel est qu’on ne doit, en aucun cas, laisser tomber ces dossiers ou les traiter de façon sélective, ni en faire des instruments de chantage ou les expédier via des chemins obscurs », explique le président du RCD.

Concernant les élections présidentielles, le président du RCD a la conviction chevillée qu’elles n’auront pas lieu.« Comment va-t-on organiser des élections alors que les magistrat, 40 APC que gère le RCD et d’autres gérées par des maires FLN ou RND démissionnaires de leurs partis ont annoncé leur refus de participer à leur préparation et déroulement ? En plus, quel est ce candidat qui aura le courage d’aller vers la population recueillir les 60 milles signatures ? »  se demande Mohcine Belabbas.

Arezki Lounis

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

%d blogueurs aiment cette page :