La militarisation du régime a commencé

Le discours du chef d’état major, prononcé aujourd’hui depuis la 1e région militaire, sonne comme une entrée officielle de la vie publique Algérienne dans les godasses de l’Armée.

Le général de corps de l’Armée qui ne se lasse pas d’évoquer la nécessité nationale de se restreindre aux seules dispositions constitutionnelles vient de frapper d’un bon coups de ceinture la loi fondamentale en rentrant en tenue de combat dans le champs politique.

Sans la moindre réserve, Gaid Salah dénie à la classe politique le droit d’avoir une opinion contraire à sa « stratégie bien étudiée ». Pire, il réduit les positions des partis politiques à de simples « voix qui ne veulent aucun bien à l’Algérie, appelant à l’entêtement et l’acharnement à maintenir les mêmes positions préétablies, sans tenir compte de tout ce qui a été réalisé, le rejet de toutes les initiatives et le boycotte de toutes les démarches, y compris l’initiative de dialogue qui est censée être un des mécanismes civilisées qu’il y a lieu de valoriser ».

Même les citoyens qui manifestent contre les ministres  ont eu droit aux tirs du général. Il se permet même de les mettre en garde contre cette tendance à «entraver l’action des institutions de l’État et d’empêcher les responsables d’accomplir leurs missions ». Le chef d’état major a même repris ses tons menaçants en affirmant que ce sont là « des comportements contraires aux lois de la République que ne peut tolérer l’Armée nationale populaire, qui s’est engagée à accompagner ces institutions conformément à la Constitution ».

Et pour confirmer sa prise de pouvoir, le chef d’état major se félicite que la justice ait répondu rapidement à son appel d’ouvrir des dossiers de corruption.

Les mots sont dits, le décors est posé et le ton est donné. Nous sommes bel et bien sous un régime militaire qui ne dit encore son nom.

Arezki Lounis

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

%d blogueurs aiment cette page :