LES CLANS DU POUVOIR LÂCHENT LEURS BALTAGUIA : Le mouvement populaire doit s’organiser

Le premier vendredi d’après Bouteflika n’était pas comme les autres. D’abord, il y a cette forte mobilisation populaire pacifique jamais égalée à saluer. Puis, il y a ces petits détails qui ont survenu pour tenter de gâcher l’esprit pacifique qui a toujours marqué le mouvement populaire.

A Alger, des baltaguia, jusque là invisibles, ont fait leur apparition. Au tunnel des facultés, un groupe de voyous, munis de cutters visiblement pris chez le même fournisseur, se sont attaqués à quelques manifestants. Des personnalités politiques ont été victimes d’invectives et invitées par des énergumènes missionnés à quitter la marche dans le seul objectif de vider le mouvement populaire de toute voix porteuse de solution politique.

A Béjaïa, ce sont quatre personnes, connues pour leur accointance avec les services de sécurité, qui ont tenté de s’attaquer au docteur Said Sadi. Ce dernier, et après une marche de plus 900 mètres dans une ambiance bon enfant, a été pris à partie par un petit groupe de jeunes, identifiés plus tard comme indicateurs des services de sécurité.

L’intrusion instantanée de ces petits groupes en ce moment crucial du mouvement n’est pas fortuite, estiment les observateurs. Quelques parties du système finissant veulent en finir avec le caractère pacifique du mouvement populaire qui est décidé à aller jusqu’au bout de sa revendication. L’insistance populaire sur la nécessité d’un changement radical du système n’est pas du gout de certains cercles du pouvoir, noyés jusqu’au cou dans des affaires maffieuses.

S »organiser et dégager une représentation populaire qui émane de la classe politique et syndicale du pays devient une urgence nationale. Sans organisation , le mouvement populaire ne pourra pas établir une fiche de route en mesure de donner naissance à une nouvelle république débarrassée de ces clans du pouvoir, auteurs de ces dérives. Ces derniers actionnent leurs relais pour imposer un mouvement qui navigue à vue, sans structure, détachée de sa classe politique et sans projet alternatif à celui qu’ils veulent imposer. Leur objectif est de transformer un mouvement revendicateur d’une nouvelle Algérie en une simple kermesse joyeuse qui finira par s’estomper ou sombrer dans la violence.

Abdelhamid Laibi

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

%d blogueurs aiment cette page :