- Advertisement -

Pour une véritable transition : 28 associations plaident pour une sortie du cadre constitutionnel

Vingt-huit associations regroupées dans un collectif de la société civile réclament la mise en place d’une véritable transition démocratique et sortir du cadre constitutionnel imposé par les tenants du régime.

Créé le 18 mars dernier, le collectif a tenu sa première réunion, samedi dernier, et a rendu publique, aujourd’hui, une déclaration dans laquelle il affirme que « l’intérim constitutionnel instauré le 2 avril dernier sous l’impulsion de l’Etat-major de l’ANP est un processus mort-né ».

« La révolution démocratique en cours veut en finir avec le système. Elle appelle à l’ouverture d’une transition politique pour construire de nouvelles institutions.  L’intérim constitutionnel instauré le 02 avril dernier sous l’impulsion de l’Etat major de l’ANP est un processus mort-né. Il ne peut pas y avoir d’élections présidentielles  le 04 juillet prochain », explique-t-on.

Selon la même source, « la sortie du cadre prétendu de la constitution s’impose naturellement pour aller à la rencontre des nouveaux acteurs de scène publique algérienne depuis la libération des initiatives populaires le 22 février dernier ».

Déplorant l’absence de volonté politique du pouvoir pour donner une issue à la revendication populaire de changement radical du système, le collectif plaide pour un dialogue sérieux. «Les participants appellent à l’ouverture d’un dialogue entre le pouvoir politique et l’ensemble des acteurs qui dans la société civile et la classe politique se tiennent de différentes manières dans le mouvement populaire », expliquent les signataires.

Ce dialogue, sous la forme qu’il aura choisi de se donner, explique-t-on « dégagera la feuille de route finale de la transition, sa durée et l’identité de ses animateurs à la mesure de l’incarnation de l’Etat ». Dans la foulée, les signataires réitèrent leur engagement à participer, au nom des organisations qu’ils représentent à participer « à ce processus et veiller à la défense de ses revendications ».

« Les participants à la 1er rencontre nationale des organisations de la société civile participeront de toute leur énergie à l’émergence d’un point de vue populaire fort dans la transition à laquelle ils appellent pour aller vers une nouvelle république », ajoute-t-on.

Les responsables de ces associations affirment qu’ils travaillent « pour cela à la convergence de toutes les dynamiques, syndicales, citoyennes et politiques qui œuvrent pour ce même objectif ». « La rencontre se tient prête à fusionner avec les initiatives les plus proches. Elle a décidé d’organiser dans les meilleurs délais une conférence nationale de la société civile algérienne ouverte », explique-t-on.

Massinissa Ikhlef

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

%d bloggers like this: