RÉPRESSION DE LA MARCHE DES ÉTUDIANTS : Amnesty international dénonce

L’ONG Amnesty international Algérie réagit à la répression, aujourd’hui à Alger, de la marche des étudiants réclamant le départ du système. Pacifiques, les milliers d’étudiants venus exprimer leur opposition au choix du pouvoir ont été violemment réprimés par les forces de sécurité qui ont utilisé des canons à eau et du gaz lacrymogène pour les disperser . Plusieurs étudiants ont également été arrêtés.

« Cette marche pacifique des étudiants est la première à être réprimée à Alger depuis le début de la mobilisation dont le pacifisme et le civisme ont été salués par l’opinion nationale et internationale », rappelle l’ONG dans un communiqué rendu public, aujourd’hui.

Ce faisant, Amnesty international rappelle aussi que « les manifestations massives se sont majoritairement déroulées dans le calme à Alger et dans le reste du pays depuis le 22 février ». « Les autorités algériennes se doivent de respecter le droit de manifester pacifiquement garanti par la Constitution. Les arrestations arbitraires de manifestants sont une violation flagrante du droit à la liberté d’expression et de réunion », condamne l’ONG.

Selon la même source, « les forces de sécurité ne doivent pas faire usage d’une force excessive ou inutile pour réprimer des manifestations pacifiques ».

« La force ne doit être utilisée qu’en dernier recours et, même à ce moment-là, elle doit être proportionnée et absolument nécessaire», explique Hassina Oussedik, Directrice d’Amnesty International Algérie, citée dans ce communiqué.

Massinissa Ikhlef 

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

%d blogueurs aiment cette page :