Ses consultations ont été boudées : test raté pour Bensalah

Un premier test raté pour le chef de l’Etat, Abdelkader Bensalah. Il risque d’être recalé. En s’accrochant, contre vents et marrées, à l’organisation d’une élection présidentielle le 4 juillet prochain, l’homme pourrait se retrouver seul dans les prochains jours. Il vient, en tout cas, de vérifier à ses dépens l’ampleur du rejet dont il fait l’objet au même titre que le système qu’il représente.

En effet, sa conférence pour la mise en place d’une instance indépendante de gestion des élections a été un véritable fiasco. Le rendez-vous n’a pas drainé les grandes foules de participant, comme le souhaitait Abdelkader Bensalah qui, lui-même, n’a pas fait le déplacement au Palais des Nation  a été organisée cette conférence.

Il y avait plus de journalistes, que de participants. Même les chefs des partis au pouvoir, le FLN et le RND ont fait l’impasse sur la rencontre et se sont fait représentés par des individus sans aucun poids au sein de leurs formations respectives.

Le décor était planté dès les premières heures de la matinée. Dans la salle de conférence du club des pins, c’était déjà le vide. Les représentants des partis de l’allégeance avides d’habitude de ce genre de kermesses n’étaient pas au rendez-vous.

Boycottée par l’ensemble des partis d’opposition, la rencontre était déjà condamnée à l’échec. Au fil des minutes qui s’égrenaient rapidement, les invités n’arrivent pas. Seulement une trentaine de personnes ont répondu à l’appel.

De tous les chefs de partis invités, seuls l’ANR de Belkecem Sahli, El Islah de Filali Ghouini, El Mostaqbel de Abdelaziz Belaïd qui s’est fait représenté par un cadre de sa formation, le FLN et le RND ont répondu présents. De côté des personnalités, seul l’avocat Miloud Brahimi était là.

 Bensalah absent

L’initiateur de cette démarche, en l’occurrence Abdelkader Bensalah, a brillé, lui aussi, par son absence. Il s’est fait représenter par le secrétaire général de la présidence, Habba El-Okbi. Les travaux de la rencontre n’ont été ouverts qu’à 10h00, avec la participation d’une poignée d’invités qui avançait à reculons à l’intérieur de la salle.

Mais les travaux de la rencontre ont été marqués par un premier incident. La décision du président de la séance, Lyes Boukraa, d’instaurer le huis clos pour les travaux. Ce qui a irrité le représentant du front El Moustaqbal qui a claqué la porte. « Nous refusons de travailler dans l’opacité », lance-t-il en s’acheminant vers la porte de sortie.

Présidentielle du 4 juillet : Habba El-Okbi

Dans ses déclarations à la presse, le secrétaire général de la présidence, Habba El-Okbi estime que  « les consultations lancées par le Chef de l’Etat avec les partis politiques et les personnalités nationales se poursuivront jusqu’à l’élection présidentielle qui se tiendra dans les délais constitutionnels, le 4 juillet prochain ».

« Les consultations engagées par le Chef de l’Etat avec les partis politiques et les personnalités nationales se poursuivront, car il s’agit de l’avenir du pays et de l’organisation d’élections libres et transparentes », dit-il, estimant que « ces consultations visent à asseoir la   démocratie, à organiser des élections libres et transparentes et à instaurer un nouveau régime politique ».

Massinissa Ikhlef 

 

 

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

%d blogueurs aiment cette page :