Ses ministres sont pourchassés : sale temps pour le gouvernement Bedoui

Sale temps pour le staff gouvernemental. Maintenu malgré le rejet populaire massif, le gouvernement Bedoui reçoit les premiers coups sur le terrain. Ses membres, envoyés sur le terrain depuis samedi dernier, sont pourchassés partout par des citoyens qui leur rappellent le mot d’ordre de la mobilisation populaire : « dégage ! ». En effet, quatre ministres ont déjà fait le frais de la colère citoyenne.

Tentant d’effectuer des sorties sur le terrain, ils ont été malmenés. En déplacement aujourd’hui dans la wilaya de Tébessa, le ministre de l’énergie, Salah Dahmoun a été accueilli par des manifestants à l’aéroport de la ville.

Des dizaines de jeunes de cette wilaya ont assiégé l’infrastructure aéroportuaire pour empêcher cette visite et exiger le départ du gouvernement de Noureddine Bedoui, une des figures du régime Bouteflika qui était pendant longtemps ministre de l’intérieur organisateur de plusieurs élections fraudées.

Pour empêcher les manifestants d’approcher le ministre et sa délégation, un impressionnant dispositif policier a été dépêché sur les lieux. Des gendarmes et des éléments de la BRI tentent, depuis le début de la matinée, de disperser la foule des manifestants.

Samedi dernier, c’est une délégation ministérielle, composée de trois membres du gouvernement, en l’occurrence les ministres de l’intérieur, des ressources en eau et de l’Habitat, ont été chassé par des manifestants à Bechar.

Devant inspecter plusieurs infrastructures, la délégation n’a dû son salut qu’à l’intervention des forces de l’ordre qui ont fait usage de gaz lacrymogène et de canaux à eau pour disperser la foule des manifestants en colère.

Ainsi le gouvernement vient d’avoir une nouvelle réponse de la rue algérienne, après les manifestations de vendredi dernier. Ni la répression, ni les tentatives d’interdiction des manifestations n’ont été en mesure de mettre un terme à la détermination des Algériens qui veulent un changement du système et non pas un changement dans le système.

Massinissa Ikhlef 

 

 

 

 

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

%d blogueurs aiment cette page :