SILENCIEUX SUR LA PRÉSIDENTIELLE : Gaid Salah parle d’ouverture sur toute proposition constructive

Après les piques d’hier envers l’opposition, le chef d’état major revient aujourd’hui, mercredi, avec un discours moins offensif et moins ferme. Il se dit ouvert à« toute proposition constructive et initiative utile allant dans le sens du dénouement de la crise et menant le pays vers la paix ».  Une affirmation qui révèle l’abandon, presque acquis, de l’option des présidentielles de juillet et le sort du chef de l’État par intérim, Abdelkader Ben Salah, est désormais mis sur le billard.

« Nous réitérons… que l’Armée nationale populaire demeurera engagée à préserver les nombreux acquis et réalisations de la nation, ainsi que l’accompagnement du peuple et de ses institutions à travers la mise en œuvre des solutions possibles, tout en approuvant toute proposition constructive et initiative utile allant dans le sens du dénouement de la crise et menant le pays vers la paix », a déclaré le général de corps de l’Armée.

Le vice ministre de la défense assure que l’armée continuera d’ accompagner les Algériens dans leurs marches pacifiques et leur sécurisation et à « déjouer les diverses tentatives visant à semer la terreur et l’anarchie et troubler l’ambiance calme et sereine caractérisant les marches citoyennes». Il révèle que les unités de sécurité, en charge du maintien de l’ordre, ont procédé à « l’interpellation, au courant de la fin de la semaine passée, d’individus en possession d’armes à feu, d’armes blanches et de grenades lacrymogènes, ainsi qu’une grande quantité de psychotropes et des moyens de communication ».

En costume d’homme d’État de fait, Ahmed Gaïd Salah dit avoir « appelé l’appareil de la justice » à « accélérer la cadence des poursuites judiciaires concernant les affaires de corruption et de dilapidation des deniers publics et de juger tous ceux qui ont pillé l’argent du peuple ». Il assure, par ailleurs, aux services judiciaires les garanties suffisantes de l’armée « pour poursuivre avec détermination et en toute liberté, sans aucune contrainte ni pression, le jugement de ces corrupteurs».

Nadia Mehir

 

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

%d blogueurs aiment cette page :