BOUIRA : les avocats et les étudiants opposent un « niet » à Gaid-Salah

Un sit-in des avocats et une marche des étudiants en guise de réponse au dernier discours de Gaid-Salah prononcé, hier, à partir d’une caserne de la 4 éme région militaire.

En effet, ce matin à Bouira, la contestation ne manquait pas et la protestation a occupé la rue depuis 10h00 du matin.

Les avocats de la wilaya ont tenu un sit-in devant la cour de justice. Ils ont renouvelé l’exigence populaire du « départ de la bande » (rahil el issaba ) en scandant « Algérie libre et démocratique » (Djazair hurra démokratia).

Au sujet du « vide constitutionnel et blocage des institutions », les robes noires, en bons juristes et connaisseurs de leur métier, proclament qu’avec une transition, il n’y aura « la faragh la insidad, kuluna nhebbu leblad » (ni vide, ni blocage, nous aimons tous notre pays).

En demandant encore une fois à ceux qui emprisonnent l’Algérie de « la libérer », les avocats ont réitéré «notre unité, seule rempart immunitaire » (wihdatuna, qalaat hassanatuna.)

De leur côté, les étudiants ont marché, en aller-retour, de la fac centrale à la maison de la culture.

Sur certaines affiches c’est « Ibrahimi dégage » qui est écrit alors que les marcheurs rejettent, encore une fois, les présidentielles du 04 juillet prochain en scandant « Gaid-Salah dégage. »

Le wali  de Bouira a également été raillé par les étudiants rassemblés, un moment, devant le portail du siège de la wilaya. « ttaleb ma ytechrach b iftar » (l’étudiant ne s’achète pas avec un dîner) en référence au prétendu dîner collectif de la cité universitaire le soir du 19 mai, journée nationale de l’étudiant.

Slimane Chabane

%d blogueurs aiment cette page :