Bouira, les étudiants relèvent les contradictions de Mustapha Bouchachi

Les étudiants de l’université Akli mohand Oulhadj de Bouira ont organisé aujourd’hui une conférence qui a été animée par Maitre Bouchachi.

L’avocat entamera son intervention en dénonçant « le libéralisme sauvage (qui) est sur le point de triompher des revendications sociales des travailleurs. » Malgré ce clin d’œil à l’occasion du 1 mai, cela lui vaudra des critiques acerbes de la part des quelques étudiants de gauche présents à l’auditorium. Ces derniers lui reprochent sa prise de positon du temps où il dénonçait les grèves des travailleurs.

S’agissant du dernier discours de Gaid-Salah, maitre Bouchachi dira « le chef d’état-major a appelé au dialogue et le dialogue est une vertu civilisationnelle. »

Revenant sur les revendications du mouvement citoyen du 22 février, le conférencier qui n’est pas à une contradiction près, déclarera au milieu de la conférence « ils vont tous partir (irahlu gaa) pour ensuite affirmer quelques minutes avant la fin de son intervention « je n’aime pas cette expression de « iruhu gaa. »

Durant les débats, les étudiants ont relevé les contradictions de Mustapha Bouchachi entre sa conférence du 17 avril à la maison de la culture Ali Zamoum et celle d’aujourd’hui à l’université. « Tantôt, vous êtes avec Gaid-Salah qu’il faut soutenir, tantôt, avec le Hirak lorsque vous sentez le vent tourner » tancera un étudiant.

Il exprimera ses craintes sur l’unité nationale, suite à une question sur le fédéralisme contre lequel il s’exprimera clairement et la situation de l’Algérie qu’il comparera à celle de « l’Irak où l’Etat s’est effondré et restée durant un temps sans institutions » selon lui.

Des étudiants dépités diront, en aparté, « après Ouyahia qui nous menaçait avec la situation en Syrie et en Libye, voilà maintenant quelqu’un qui nous menace avec la situation en Irak. »

 Slimane Chabane  

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

%d blogueurs aiment cette page :