Cannes 2019 : « Papicha » en lice : Mounia Meddour sur les pas de son père

Cheminant sur les pas de son défunt papa, le réalisateur Azeddine Meddour, Mounia a choisi, elle aussi, d’être cinéaste.

Il faut croire que ce choix est judicieux à plus d’un titre puisqu’en l’espace de quelques années, elle a pu s’imposer comme une jeune réalisatrice pleine de talent et d’avenir. D’ailleurs, son dernier film « Papicha » sera en compétition au prochain Festival international du cinéma de Cannes.

La nouvelle a de quoi réjouir car le rendez-vous de la Croisette est une très belle vitrine du cinéma car il offre une visibilité à l’international et des opportunités à saisir.

Dans le synopsis de cette co-production franco-belgo-algérienne, on apprend que « Papicha » nous transporte dans l’Algérie des années 90. « Nedjma, 18 ans, étudiante logée à la Cité Universitaire d’Alger, rêve de devenir styliste. A la nuit tombée, elle se faufile à travers les mailles du grillage de la Cité avec ses meilleures amies pour rejoindre la boîte de nuit où elle vend ses créations aux « papichas » (jeunes filles) de la jet-set algéroise. La situation politique et sociale du pays ne cesse de se dégrader. Refusant cette fatalité, Nedjma décide d’organiser un défilé de mode envers et contre tout ».

En posant sa trame dans une Algérie en pleine décennie noire, la jeune réalisatrice signe une œuvre forte car elle remonte le fil de certains souvenirs douloureux, un peu comme une catharsis.

Ce drame d’une heure trente minutes est porté par trois jeunes comédiennes talentueuses, en l’occurrence Lyna Khoudri, héroïne primée de « Les Bienheureux » de Sofia Djama, Shirine Boutella et Hilda Douaouda, sans oublier la talentueuse Nadia Kaci.

Le film, en lice dans la catégorie « Un Certain regard », semble donc avoir toutes ses chances pour décrocher le prix de la caméra d’or, pour la première œuvre. Pour le savoir, il va falloir suivre le déroulement de la compétition, prévue du 14 au 25 mai prochain.

Scénariste et réalisatrice, née en 1978, Mounia Meddour intègre une école de journalisme et suit une formation en audiovisuel en France. Décrochant un diplôme au CEFP et à la Femis, elle réalise sa première œuvre -un documentaire- intitulé « Particules élémentaires » en 2007. La même année, elle sera également assistante-réalisatrice du long métrage «Hitman » réalisé par son époux Xavier Gens. En 2009, elle sort un autre documentaire intitulé « La Cuisine en héritage », suivi en 2011, de son premier court-métrage de fiction « Edwige » dont la bande-annonce est signée par sa sœur Yasmine, compositrice.

D’autres œuvres émailleront son parcours riche jusqu’à cette ultime œuvre, « Papicha » que l’on espère   promise à un beau succès.

Kahina A.

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

%d blogueurs aiment cette page :