Ce 15e vendredi est un large référendum populaire en faveur d’une rupture radicale avec le régime

Une foule impressionnante a envahi ce dernier vendredi du ramadhan les boulevards et places d’Alger. Les manifestants sont unanimes sur le constat : la mobilisation de ce 15e vendredi a battu tous les records.

Ralliant Alger centre de tous les quartiers périphériques, les centaines de milliers d’Algérois auxquels se sont joints quelques manifestants des wilayas limitrophes qui ont pu passer les barrages filtrants ont scandé des slogans contre la personne du chef d’état major, jugé par tous comme traitre du mouvement citoyen. « Armée et peuple sont frères, Gaïd Salah s’est rangé avec les traitres », scandent les manifestants dans tous les carrés.

L’autre slogan phare de cette journée est « Ya lil 3ar ya lil 3ar, essolta qatlet Fekhar ( Quelle honte ! le pouvoir a assassiné Fekhar )». La solidarité des centaines de milliers avec les mozabites présents en force est sans faille. Le pouvoir est unanimement désigné comme responsable de la mort programmée du militant des droits de l’homme.

Des milliers de banderoles et pancartes ont été brandies par les manifestants. Aucune ne fait la louange du dialogue auquel a appelé le chef d’état major. Toutes appellent à une période transition, le départ des symboles du régime et le rejet des élections présidentielles comme solution à la crise.

Ce dernier vendredi du ramadhan est très explicite dans sa revendication de changement radical de système. Vouloir imposer une solution contraire à la volonté populaire est une dérive totalitaire, un refus par la force du résultat d’un référendum populaire grandeur nature en faveur du départ définitif du régime avec ses hommes, ses pratiques, ses politiques et …. sa constitution.

Arezki Lounis

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

%d blogueurs aiment cette page :