Extrêmement paniqué, le régime militaire passe à la répression tout azimuts

Extrêmement paniqué, le régime militaire du général Ahmed Gaïd Salah lève le niveau de répression d’un cran. Il instruit , ce vendredi matin, les services de police et de gendarmerie d’interdire aux citoyens de rentrer à leur capitale. Même la députée RCD Nora Ouali, qui a entre les mains un mandat populaire national, venue de Béjaïa, a été contrainte de remettre ses papiers à une faction de police qui faisait barrage à l’entrée Est d’Alger. Elle sera conduite avec ses compagnons au commissariat de Ruisseau.

Sans détours, les policiers de Ruisseau expliquent à la députée qui demande la base juridique d’un tel comportement que les ordres sont venus d’en haut et ne peuvent rien faire sans des contre ordres qu’ils attendent de la même source. Autrement dit, la force publique ne travaille plus dans le cadre de la loi mais selon l’humeur du chef.

A Alger – centre, la répression bat son plein. toute pancarte, toute banderole et tout drapeau est systématiquement retiré par une armada de police déployée le long des boulevards et places. Des arrestations sont même signalées. « Même le drapeau national est devenu au yeux des forces publiques un tissu agitateur et symbole d’agression », écrit un internaute sur sa page Facebook.

Pour Atmane Mazouz, député RCD et membre de l’exécutif du parti, « Gaïd Salah exécute l’état de siège sur Alger annoncé à travers son discours par la nouvelle gestion des marches populaires. La dérive autoritaire en cours est une escalade dangereuse qui discrédite davantage l’institution militaire à travers son intrusion assumée dans l’empêchement des marches et de l’expression pacifiques et populaires ».

Le 14e vendredi révèle déjà la grande panique du régime militaire qui se met en place. Il renseigne les Algériens sur sa nature dictatoriale. Mais une machine aussi cruelle qu’elle soit peut-elle contenir tout un peuple ?

Nadia Mehir

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

%d blogueurs aiment cette page :