Gaïd Salah parle d’un consensus national autour de son plan de sortie de crise

Le chef d’état major revient à la charge, ce mercredi 01 mai, pour défendre sa fiche de route. Mettant en sourdine toutes les revendications de changement radical du système et le départ immédiat des hommes du régime, réclamés durant deux mois et demi de manifestations monstres, le premier responsable de l’armée parle de soutien massif de toutes le régions du pays  à son plan. Avec cette dernière communication, le chef d’état major entame une campagne de division du Hirak en faisant croire que des partis politiques et des personnalités nationales sont engagés dans la concrétisation de son projet de sortie de crise, axé sur la vertu du dialogue, à l’exception de quelques parties mues par la volonté de nuire à la patrie. La teneur du message vise à semer le doute sur l’union sacrée du peuple autour du rejet total du système finissant.

« je tiens à saluer l’adhésion de nombreuses personnalités et partis à l’idée de l’importance d’adopter le principe de dialogue, qui doit aboutir à des mécanismes raisonnables de sortie de crise. C’est là une position qui leur sera reconnue durant cette phase, où l’intérêt de la Nation doit être le dénominateur commun entre toutes les parties », écrit le MDN dans son communiqué sans citer ces partis politiques qui lui ont donné quitus de poursuivre cette voie, pourtant décriée de vive voix par des millions d’Algériens et toute l’opposition,  à travers tout le pays vendredi passé

Plus hallucinant encore, le chef d’état major affirme que «l’ensemble des dispositions jusque-là prises a suscité un consensus national que nous avons perçu à travers les slogans scandés lors des marches à travers différentes wilayas du pays, à l’exception de certaines parties qui rejettent toutes les initiatives proposées, et œuvrent à semer les graines de la discorde en conformité avec leurs intérêts étroits et ceux de leurs commanditaires. Les intentions malveillantes de ces parties ont été démasquées et dénoncées par les différentes franges du peuple, qui ont fait preuve d’une conscience nationale exceptionnelle et authentique, dans la mesure où elles ont rejeté leurs thèses visant à porter atteinte à la crédibilité et aux efforts des institutions de l’Etat à dégager et trouver des sorties de crises pacifiques ».

Pour le premier responsable de l’ANP, «les propositions de l’Armée Nationale Populaire découlent de sa conscience quant à l’importance de cette phase dans l’histoire du pays et la responsabilité historique qui lui échoit ainsi qu’à tous les Algériens fidèles et dévoués à leur patrie, qui ne veulent pas du mal à leur pays. En effet, il incombe à tout le monde de mesurer la responsabilité de préserver et protéger leur patrie, legs des Chouhada, car l’Algérie pays de tous, est redevable à tous ses enfants, chacun dans son poste et dans les limites de sa responsabilité, d’être vigilants et conscients des dangers et menaces qui la guettent ».

Arezki Lounis

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

%d blogueurs aiment cette page :