Gaïd Salah veut rallier la presse à sa démarche

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Le général et chef d’état-major de l’ANP, Ahmed Gaïd Salah, tente désormais de rallier les médias à sa cause. N’ayant pas réussi à dompter tous les titres de la presse nationale il essaie désormais une nouvelle démarche : la dictée.

En effet, après avoir mis sous sa botte toutes les chaînes offshore et l’ensemble de la presse parapublique vivant grâce à la publicité ANEP, le premier responsable de l’armée veut semble-t-il délimiter le champ d’action du reste des titres de la presse nationale.

« Afin de mettre en échec toutes ces entreprises non constructives et décourageantes, le peuple algérien doit avancer aujourd’hui, aux côtés de son Armée, relevant tous les défis, et faisant preuve d’une loyauté totale à la Nation, une loyauté qui requiert la mobilisation de tous, chacun dans son domaine de compétences et dans la limite de ses responsabilités, notamment dans le secteur de l’information à travers toutes ses branches, au service de l’Algérie », explique-t-il.

Pour lui, « l’information se doit d’être le miroir qui reflète les revendications réelles du peuple algérien, et sa voix sincère qui relate les vérités et communique ses revendications, sans déformation ni falsification, et sans instrumentalisation à des fins autres que les intérêts du pays, car les intérêts matériels ne peuvent en aucun cas se substituer à la Nation, puisqu’ils finiront par disparaitre, tandis que l’Algérie demeure».

Ahmed Gaïd Salah est allé aussi jusqu’à reprocher indirectement aux médias d’ouvrir leurs colonnes aux différents acteurs politiques qui n’épousent pas sa démarche.

Des interlocuteurs sur mesure

Dans cette deuxième partie du discours prononcé au niveau de la 6e région militaire et diffusée, aujourd’hui, le chef d’Etat-major tente même de préparer le terrain au choix des interlocuteurs sur mesure pour le dialogue prôné.

« Ceux qui tendent à exacerber la situation et faire perdurer cette crise sont ceux-là mêmes qui œuvrent sciemment à répandre continuellement les rumeurs, les informations erronées et les mensonges à travers de nombreux médias, et ils ne peuvent en aucun cas contribuer à créer un climat d’entente mutuelle propice, voire un dialogue calme et serein et cela induit que ceux qui recourent à de telles pratiques sont contre le dialogue sérieux et pondéré », explique-t-il.

Et d’ajouter : « Ils empruntent délibérément cette voie, même s’il était en leur capacité d’acquérir davantage de crédibilité en mettant l’accent sur la transmission des faits réels, au lieu de s’adonner à la désinformation de l’opinion publique par des mensonges et des scénarios fabriqués de toutes pièces et erronés, qu’ils imputent à des personnalités et des centres de décision, tout cela sur la base de plans étudiés et élaborés avec une grande ruse, afin de discréditer tout acte visant l’apaisement de la population et la recherche de solutions idoines à la crise actuelle que traverse le pays ».

Massinissa Ikhlef

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :