Ils maintiennent la mobilisation : le ramadan n’a pas fait reculer les étudiants

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Les étudiants montrent la voie. Ils viennent de démontrer que le mois du carême n’est pas un handicap pour le mouvement populaire qui réclame le départ de tout le système. Ainsi, ceux qui s’attendaient à un essoufflement du mouvement à l’occasion de ce mois, seront certainement déçus.

Les étudiants étaient fidèles à leur rendez-vous de mardi. Ils se sont mobilisés massivement à Alger et dans plusieurs universités du pays pour dire que « le peuple ne veut pas la 3issaba (la bande) ».

A Alger, ils ont réussi une grandiose marche. Comme à leur habitude, ils ont occupé, durant toute la matinée, la place Audin et la Grande Poste. Brandissant des drapeaux et des pancartes, les étudiants ont exprimé leur rejet de la feuille de route proposée et maintenue par les tenants du régime, à leur tête Gaïd Salah.

« Had Echaab la yourid, Gaïd Salah wa Saïd (Ce peuple ne veut ni de Gaïd Salah ni Saïd Bouteflika », lancent les manifestants. Ils ont scandé aussi d’autres slogans hostiles au pouvoir : « Les étudiants disent au système dégage! », « les étudiants sont avec le Hirak », « On a dit,  ils doivent partir tous, ils doivent partir! », lancent-ils en brandissant d’autres pancartes brocardant les figures de « la 3issaba » (bande).

Non au dialogue !

Sur une large banderole portée en rideau par un groupe d’étudiants, on peut aussi lire « Un homme consensuel pour diriger la transition », en écho à la revendication  portée par des figures du mouvement populaire et une partie de la classe politique.

« Tant que les principales revendications du Hirak ne sont pas satisfaites, nous continuerons de manifester », affirme aussi les manifestants, rejetant ainsi l’appel du chef de l’Etat, Abdelkader Bensalah au dialogue.

Massinissa Ikhlef

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :