IMPASSE POLITIQUE : Le nouveau plan du pouvoir

Après l’échec cuisant de la fiche de route prônée par le chef d’état major, le pouvoir se retrouve dans l’impasse. L’Algérie aussi. Du coup, il a opté pour un nouveau plan qu’il déclinera sous peu. Un plan qu’il tient à garder un semblant de conformité avec la constitution tout en s’inclinant légèrement devant la revendication principale du peuple : Yetnehhaw gaâ.

Le nouveau plan de sortie d’impasse prévoit la nomination d’un nouveau chef de gouvernement et l’annonce d’une conférence de dialogue national inclusif. Cette dernière sera présidée par une personnalité nationale réclamée par le mouvement populaire. Des bribes d’informations avancent un accord entre le pouvoir et Taleb Ibrahimi pour que ce dernier soit désigné pour ce rôle.

La nomination du nouveau chef de gouvernement et du président de la conférence nationale inclusive sera suivie, le temps de sonder la réaction de la rue, par le maintien du chef de l’État par intérim à son poste ou sa démission et le transfert de ses pouvoir au président du Conseil constitutionnel.

Avec le départ de Nordine Bedoui et probablement Abdelkader Bensalah, deux B dont le départ est réclamé avec insistance par le peuple, et la nomination de Taleb Ibrahimi pour gérer le dialogue national, le pouvoir espère contenir la fronde populaire et ramener une grande partie du peuple à une bonne disposition.

Le report des présidentielles pour une période six mois est également prévue.

Taleb Ibrahimi va décliner, avant le vendredi 24 mai, les grandes lignes de ce plan.

Arezki Lounis

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

%d blogueurs aiment cette page :