Kameleddine Fekhar est mort, son avocat accuse le procureur général et le wali de Ghardaïa d’être partenaires du « crime »

Le détenu politique Kameleddine Fekhar est décédé ce matin à l’hôpital Franz fanon de Blida, a annoncé ce matin son avocat Salah Dabouz dans une vidéo diffusée sur sa page Facebook. L’avocat qualifie cette mort de « programmée » et de « crime ».

« je dénonce cet acharnement et cette mort programmée par les autorité judiciaires de Ghardaïa. Docteur kameleddine Fekhar a été mis en détention pour un dossier vide décidé par le procureur général de Ghardaïa, exécuté par le juge d’instruction de la première chambre sous la pression du procureur de la république et du procureur général », dit l’avocat et militant des droits de l’homme visiblement atterré par la nouvelle.

« Le wali de Ghardaïa a dans tous ses discours, et toujours, stigmatisé les militants des droits de l’homme. Il les a condamnés avant même que la justice n’examine leurs dossiers d’être les préméditaires   de la violence qui s’abat sur les Mozabites à Ghardaïa.»

L’avocat dit avoir alerté, y a plus de trois semaines, sur les conditions inhumaines dans lesquelles se trouvent Kameleleddine Fekhar et Aouf Hadj Brahim dans le pavillon carcéral du l’hôpital de Ghardaïa. Il a même révélé qu’il a demandé leur libération mais le juge d’instruction l’a refusé en un temps record. « J’ai déposé la demande jeudi, et le jeudi le juge n’était pas à son bureau. Le dimanche matin, Fekhar et Aouf étaient déjà informés du rejet », dit Salah Dabouz.

L’avocat Salah Dabouz « accuse toutes les autorités judiciaires et administratives de Ghardaïa qui ont traité le dossier ». Il demande aux « autorité centrales et onusiennes à examiner les dossiers car seuls les dossiers judiciaires décident si les détenus ont commis des actes graves qui méritent détention ou pas ».

Arezki Lounis

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

%d blogueurs aiment cette page :