L’avocat Khaled Bergheul : « Rebrab est victime d’une guerre de clans et Gaïd Salah est derrière l’injonction »

L’avocat d’Issad Rebrab ne mâche pas ses mots et tire à boulets rouges sur le système politique qui fait de son client « un bouc émissaire », selon des propos rapportés par TSA. Selon l’avocat, le litige est purement commercial entre l’institution douanière et la société Evcon et « c’est scandaleux et honteux pour notre pays de donner une image aussi négative quant au traitement réservé aux investisseurs et aux créateurs de richesses ». Issad Rebrab en tant que personne physique n’a rien à voir dans le fond et dans la forme avec le dossier, d’après les estimations de l’avocat.

« Je pense que Monsieur Rebrab est victime de la lutte de clans qui a éclaté au grand jour, alors que notre client est indemne de tout reproche et il ne fait partie d’aucun clan », dit l’avocat Khaled Bergheul qui estime que, dans le fond, c’est une affaire « politicienne qu’on a instrumentalisée dans un contexte très particulier pour frapper l’imaginaire des manifestants. Sinon pourquoi orchestrer médiatiquement la présentation de Monsieur Issad Rebrab en prenant à témoin les médias lourds en le présentant à minuit devant le juge d’instruction ? ».

L’avocat juge qu’il existe «  une volonté de nuire à la personne de Monsieur Rebrab ». « le conflit était entre la société EVCON et la Douane et Monsieur Rebrab n’était même pas au courant. Il avait chargé le service technique et ses conseillers de suivre ce dossier. Et les tenants du pouvoir actuel, sous le slogan de lutter contre la corruption, ont incarcéré Monsieur Rebrab en exploitant ce dossier», explique Maitre Bergheul.

Le général de corps de l’Armée, Gaïd Salah, est au centre de la contre-attaque de la défense d’Issad Rebrab. « On sait pertinemment que le premier ordre qui a été donné est venu de l’état-major de l’armée qui a demandé l’ouverture des dossiers de corruption. Pour nous, c’est Gaid Salah qui a donné cette injonction lors d’un discours à l’adresse des magistrats dans lequel il leur disait qu’ils ont toutes les garanties. Et tout de suite après son discours, une avalanche de dossiers a été présentée devant des juridictions », explique l’avocat qui déplore qu’on soit « en présence de la loi de la force et non pas de la force de la loi ».

Revenant sur les faits qui ont conduit le juge d’instruction à placer Issad Rebrab en détention, Maitre Bergheul explique que  l’affaire « existait bien avant le mouvement populaire libérateur du 22 février. Dès juillet 2018, la société EVCON avait l’ambition de réaliser un projet d’envergure inédite qui consiste en des centres de fabrication de membranes hydrophobiques de 3e génération couvertes par 139 brevets. Ces membranes étaient destinées à être placées au niveau des stations de production d’eau ultra-pure pour l’industrie agroalimentaire, pharmaceutique et des stations de traitement des eaux usées dont le pays manque cruellement. La Douane conteste le prix du matériel et sa conformité. Elle a engagé une action devant le président du tribunal de Sidi M’hamed contre la société EVCON en tant que personne morale et non pas contre Monsieur Rebrab. La Douane a demandé la désignation d’un expert. L’expert a fait beaucoup d’erreurs, ce qui nous a poussés à demander une contre-expertise. Le tribunal nous a accordé une deuxième expertise. Mais la Douane a fait appel de la décision qui autorise l’entreprise EVCON à soumettre le litige à un deuxième expert. En conséquence la Douane nous a privés de prouver notre innocence dans cette affaire et de démontrer la légalité de l’importation du matériel en question. ».

Maitre Bergheul annonce que « Le juge d’instruction va reprendre l’affaire et poursuivre ses investigations et peut-être il va demander une contre-expertise pour voir la valeur et l’état du matériel importé». En attendant que l’instruction qui prendra entre 02 et 04 mois minimum rende ses conclusion, la défense peut faire une nouvelle demande de remise en liberté.

Arezki Lounis

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

%d blogueurs aiment cette page :